Epilation intime : qu’est-ce qui motive les femmes ?

Dernière mise à jour: juillet 2019 | 34935 visites
123-been-benen-beauty-9-12.jpg

news L’épilation du maillot est particulièrement fréquente : pourquoi une proportion si importante de femmes élimine-t-elle les poils pubiens ?

L’enquête a été réalisée aux Etats-Unis (université de Californie), mais on peut considérer que ses résultats s’appliquent ailleurs, en tout cas dans les grandes lignes. Quelque 3.500 femmes âgées de 18 à 65 ans ont répondu à ce questionnaire. On apprend d’abord que 84% se sont déjà épilé au moins une fois la région pubienne, avec une fréquence extrêmement variable (5% tous les jours et 3% une fois par an). Le rasage (manuel ou électrique) est la méthode la plus utilisée (73%), largement devant les ciseaux ou l’épilation à la cire. Le plus souvent, la femme y procède elle-même, bien plus rarement le partenaire (8%) ou l’esthéticienne.

Pour les motivations, il y a d’abord l’hygiène au sens large (59%), puis l’habitude (46%) et la préférence du partenaire (21%). Concernant les situations qui s’y prêtent, on relève les relations sexuelles (56%), les loisirs et les vacances (46%) et la visite… chez le médecin (40%). Il est intéressant de noter que la pratique de l’épilation intime n’est pas associée à la situation socio-économique ou au statut relationnel (célibataire ou en couple). L’âge joue un rôle, puisque les femmes jeunes (18 – 24 ans) sont bien plus assidues que celles âgées de 45 – 55 ans, et encore davantage que celles de plus de 55 ans.

Le Dr Céline Dupin (Journal international de médecine) indique en substance que cette étude présente « une photographie de l’état du pubis des femmes à un moment donné », mais que ce sujet mérite sans doute « une exploration par les méthodes plus qualitatives des sciences humaines », pour approfondir les aspects psychologiques et sociologiques.

Source: JAMA Dermatology (https://archderm.jamanetwor)
publié le : 03/07/2019 , mis à jour le 09/07/2019
pub

Restez informés !

Inscrivez-vous à notre newsletter:

Non, merci