Vous aimez le goût amer : seriez-vous un peu sadique ?

Dernière mise à jour: décembre 2015 | 4413 visites
123-ogen-boos-psy-170-11.jpg

news Les personnes qui apprécient l’amertume des aliments et des boissons sont-elles plus susceptibles de présenter un profil machiavélique et (un peu) sadique ? C’est l’hypothèse assez étonnante explorée par une équipe de psychologues.

Les chercheurs de l’université d’Innsbruck (Autriche) ont réalisé une série de tests englobant un millier de participants (âge moyen de 35 ans, autant d’hommes que de femmes). Ceux-ci ont d’abord spontanément renseigné leurs préférences alimentaires (salé, sucré, amer, acide…), confirmées par un questionnaire « fermé » (choix dans une liste d’aliments). Ensuite, une évaluation psychologique a permis de cerner un large éventail de traits de personnalité (discipline, spontanéité, ouverture d’esprit, stabilité émotionnelle, contrôle de soi, domination, égocentrisme, coopération, empathie…). Après avoir croisé tous ces éléments, les spécialistes indiquent que « la préférence pour la saveur amère est associée à une probabilité plus élevée de présenter des traits de personnalité malveillante », en particulier le machiavélisme et le sadisme « au quotidien ».

On parle de « sur-risque » : ce lien ne signifie évidemment pas que tous les amateurs d’amertume sont forcément des psychopathes, ou que tous les psychopathes apprécient le goût amer, mais il existerait une corrélation, « la plus fortement prédictive parmi les saveurs », indiquent les chercheurs. Cette hypothèse est contestée par nombre de leurs confrères, qui estiment que la manière dont cette étude a été réalisée ne permet pas d’avancer une telle conclusion. Ce qui n’empêche pas de considérer qu’il existe un lien entre les préférences alimentaires et la personnalité ; sachant que les informations émotionnelles liées au goût sont traitées dans des structures du cerveau – le système limbique – qui jouent un rôle très important dans le comportement.

Voir aussi l'article : La cuisine épicée, révélatrice de notre personnalité

Source: Appetite (www.journals.elsevier.com/a)
publié le : 23/12/2015 , mis à jour le 22/12/2015
pub

Restez informés !

Inscrivez-vous à notre newsletter:

Non, merci