Quelles solutions contre la gingivite ?

Dernière mise à jour: janvier 2016
Dans cet article
Quelles solutions contre la gingivite ?

dossier Vos gencives sont rouges, enflées, saignent et se rétractent ? Dans ce cas, vous souffrez sans doute de gingivite. Quelles en sont les causes, comment reconnaître les symptômes, que peut-on faire en termes de prévention et en quoi consiste le traitement ?

La gingivite se définit par une inflammation de la gencive en raison de la formation de plaque dentaire. Indolore, en tout cas dans un premier temps, elle constitue la maladie du parodonte (les tissus de soutien de la dent) la plus fréquente. Si elle n'est pas correctement traitée, la gingivite peut évoluer en parodontite, une affection chronique pouvant entraîner une instabilité, un déchaussement et enfin la perte d'une ou de plusieurs dents.

Les causes

La mauvaise hygiène bucco-dentaire représente la cause la plus fréquente de gingivite. Les bactéries présentes dans la bouche se fixent sur les dents pour former une fine pellicule à peine visible, la plaque dentaire. Si les dents ne sont pas brossées correctement, ce dépôt s’infiltre entre les dents et les gencives, durcit, et se transforme en tarte. Le tartre et les bactéries qui y sont fixées irritent les gencives et provoquent une inflammation : c'est la gingivite. Le brossage quotidien (deux fois par jour), le détartrage périodique et l'utilisation du fil dentaire agissent contre la formation de la plaque dentaire et contre l'accumulation de tartre.

Des facteurs de risque sont connus pour favoriser le développement de la gingivite : consommation excessive d'alcool, tabac, diabète, modifications hormonales (à la puberté, pendant une grossesse...), maladie infectieuse, prothèse mal adaptée, certains médicaments (hypertension, épilepsie, ...), et notamment ceux qui réduisent la production de salive (elle aide à nettoyer les gencives et à combattre les bactéries).

Les symptômes

123-mond-tanden-gingivitis-1-25.jpg
Au début, la gingivite se développe de manière discrète. Le saignement des gencives - au moment du brossage, en croquant une pomme... - est souvent le premier signe vraiment visible. Sauf cas particuliers, la douleur est faible, voire inexistante. Outre le saignement, on observe un gonflement et un rougissement des gencives, avec parfois une mauvaise haleine.

Les fumeurs constituent un groupe à haut risque de gingivite, et ensuite de parodontite. Paradoxalement, les signes initiaux sont encore plus discrets : ceci s'explique par le fait que le tabac diminue le flux sanguin dans les gencives, qui paraissent alors moins rouges et saignent relativement peu, malgré l'inflammation. Le fumeur s'expose beaucoup à la parodontite, une atteinte chronique des tissus de soutien de la dent (gencive, ligament, os...). Elle se caractérise par une gingivite, un déchaussement des dents (qui « bougent »), une hypersensibilité... Le risque majeur, faute de soins énergiques, est la perte des dents.

La prévention

Le respect des règles d'hygiène dentaire constitue le meilleur moyen de prévenir la gingivite, en limitant ainsi jour après jour la formation de la plaque dentaire et en réduisant alors considérablement le risque d'inflammation de gencives.

Le brossage des dents doit intervenir deux fois par jour, matin et soir (chaque fois une demi-heure après avoir mangé), avec un dentifrice au fluor. Le brossage doit durer au moins deux minutes, sans appuyer trop fort, dent par dent et avec un mouvement de rotation. Le fil dentaire vient en complément, et on peut aussi utiliser une brossette interdentaire.

Le tartre ne peut pas être éliminé par ses propres moyens : cette tâche revient au dentiste lors du détartrage, qui doit être réalisé une fois par an (ou davantage si nécessaire). Le dentiste peut aussi recommander un bain de bouche à base de chlorhexidine (un antiseptique).

Les formes particulières

123-p-mond-tanden-pijn-170-10.jpg
Certaines formes de gingivite ne sont pas causées par l'accumulation de plaque dentaire.

La péricoronarite

Il s'agit d'une inflammation de la gencive qui recouvre une dent partiellement sortie, en particulier une dent de sagesse. L'irruption de la dent crée une ouverture dans la gencive où s'infiltrent les bactéries, ce qui risque de provoquer une infection. Si la péricoronarite est sévère, le gonflement et l'infection peuvent s'étendre au-delà de la mâchoire et toucher les joues et la gorge.

Les symptômes sont la douleur irradiante, le gonflement de la gencive et des ganglions du cou, une difficulté à ouvrir la bouche, une mauvaise haleine, des saignements ou encore un goût désagréable dans la bouche.

Le traitement par le dentiste repose sur le nettoyage de la zone infectée avec une solution antiseptique destinée à éradiquer les bactéries. Des antibiotiques, des antidouleurs et des bains de bouche complètent le traitement. Lorsque l'infection est maîtrisée, il s'agira de choisir entre la conservation et l'extraction de la dent touchée. L'un des critères porte sur l’influence de cette dent dans le positionnement des autres dents. Une radiographie permet de le déterminer.

La carence en vitamines

Dans des cas rares, la gingivite peut être causée par un manque de vitamines. L'une des situations les plus connues est la carence en vitamine C, mais une insuffisance en vitamine B3 peut aussi déclencher une inflammation des gencives, ainsi qu'une infection bucco-dentaire, comme une candidose buccale ou une glossite (inflammation de la langue).

Les virus

Diverses infections virales peuvent provoquer une gingivite. Il en va ainsi de la gingivostomatite aiguë, ou stomatite herpétique, une infection douloureuse des gencives et d’autres parties de la bouche due au virus de l’herpès. Elle touche principalement les enfants et les adolescents lors d'une première infection herpétique.

Les symptômes de la gingivostomatite sont des gencives rouges et sanguinolentes, et l’apparition d’ulcères blancs et jaunes. Ils ressemblent à des aphtes, mais leur localisation est différente, car on ne trouve jamais d’aphtes sur les gencives. Le patient se sent fiévreux. Les symptômes disparaissent généralement endéans les deux semaines, mais le médecin ou le dentiste peut prescrire un bain de bouche analgésique pour permettre de manger et de boire plus facilement.

Les champignons

Les antibiotiques ou une dégradation de l’état de santé peuvent entraîner une brutale augmentation de la concentration des champignons présents dans la bouche, qui deviennent alors agressifs. La candidose buccale (le muguet) relève de ce mécanisme. La langue et les joues deviennent rouges, s'assèchent, puis se recouvrent d'une pellicule blanchâtre, et la douleur est fréquente. Le port d'une prothèse dentaire peut favoriser cette infection. La candidose est traitée par des médicaments dits antifongiques sous la forme de bains de bouche ou de comprimés à sucer.

La leucémie

Elle peut accroître le risque de développer une gingivite. Elle est d’ailleurs identifiée comme l'un des premiers symptômes de la leucémie chez l'enfant. La gingivite apparaît lorsque les cellules cancéreuses infiltrent les gencives, et la gingivite peut s’aggraver parce que la leucémie réduit la capacité de l’organisme à combattre l’infection.

La réaction allergique

Elle peut être liée à un composant du dentifrice, mais aussi à un allergène contenu dans un bain de bouche, un chewing-gum, un aliment ou un traitement dentaire (plombage, matériel à empreinte, prothèse...).

Le lichen plan

Cette maladie inflammatoire bénigne peut toucher à la fois la peau et les muqueuses. La cause de cette affection est toujours inconnue, même si on soupçonne que dans certains cas elle peut être provoquée par le contact avec les plombages ou les prothèses dentaires (amalgame, nickel, cobalt).

Les symptômes sont une sensation de brûlure et la présence de fines stries, des points blancs, et parfois des ulcères, dans la bouche, sur la langue et les gencives.

Une bonne hygiène bucco-dentaire (brossage des dents avec une brosse douce, contrôle chez le dentiste) est le meilleur moyen de prévenir cette affection.

En ce qui concerne le traitement, on peut remplacer l’amalgame des plombages par du composite, effectuer des bains de bouche avec de la ciclosporine, appliquer une crème à base de corticostéroïdes ou encore un gel anesthésique. Il faut limiter la consommation d’aliments épicés, d’agrumes, de tomates, de boissons à la caféine, ainsi que de toasts et de chips, qui peuvent aggraver le lichen plan buccal.

Vous voulez recevoir nos articles dans votre boîte e-mail ?

Inscrivez-vous ici à notre newsletter.

vous pourrez vous désinscrire quand vous le souhaiterez
Nous traitons vos données personnelles conformément à la politique de confidentialité de Passion Santé SA.
volgopfacebook

volgopinstagram