ad

Faire deux choses en même temps : un excellent exercice

Dernière mise à jour: septembre 2015 | 7493 visites
123-fiets-thuis-lezen-fitness-8-31.jpg

news Activité physique et mentale : combiner les deux est non seulement possible, mais également très bénéfique pour le corps et l’esprit.

Ainsi que l’explique cette équipe de l‘université de Floride, « nous nous attendions à ce que la combinaison entre une tâche physique et une activité mentale nuise aux performances, par rapport à celles obtenues quand l'une et l’autre sont réalisées séparément. C’est comme lorsqu'une personne marche en rue et doit décrocher son smartphone : elle va instinctivement ralentir le pas, voire s’arrêter ».

Pourtant, l’expérience réalisée avec un groupe de seniors montre que l’on peut parfaitement faire deux choses simultanément, sans que l’une ou l’autre en pâtisse. Le principe a consisté à placer les volontaires sur des vélos fixes et à mesurer leur rythme de pédalage alors qu'ils réalisaient des tâches cognitives (sollicitant l’attention, la concentration, le raisonnement, le langage…) de plus en plus complexes.

Le résultat montre d’abord que lors des exercices les plus simples, la vitesse de pédalage… augmente significativement par rapport au rythme de base (pas d’exercice). Ensuite, au fur et à mesure que les tâches cognitives deviennent plus difficiles, le rythme de pédalage baisse, mais reste néanmoins supérieur ou égal à la vitesse de départ. Ce qui revient à dire que la combinaison des deux activités – physique et mentale – est non seulement parfaitement possible, mais qu’en plus l’une soutient l’autre.

Une hypothèse renvoie à la production de neurotransmetteurs (comme la dopamine), qui s’accroît à la fois pour mener à bien une tâche mentale et pour assurer un meilleur contrôle des mouvements. « Ces neurotransmetteurs améliorent la vitesse et l’efficacité du fonctionnement cérébral, en particulier dans les lobes frontaux, ce qui renforce la performance lors des tâches moteurs et cognitives », expliquent les chercheurs. A partir de là, ils considèrent que ces observations pourraient contribuer à la conception de programmes combinant les tâches physiques et mentales, afin d’en améliorer l’efficacité ou d’en limiter le déclin, singulièrement chez les seniors.

Source: PLoS One (www.plosone.org)
publié le : 10/09/2015 , mis à jour le 09/09/2015
ad
pub