L'opération des amygdales (amygdalectomie)

Dernière mise à jour: août 2015 | 93302 visites
Dans cet article
L'opération des amygdales (amygdalectomie)

dossier Situées dans la gorge, les amygdales interviennent dans le système de défense de l'organisme contre les agents infectieux respiratoires (virus et bactéries). Elles constituent une barrière de protection et fabriquent des anticorps destinés à combattre les germes.

Quand elles sont infectées, notamment en cas d'angine, les amygdales grossissent et la déglutition devient douloureuse. Si des infections surviennent trop souvent, il peut être utile de procéder à une ablation : c'est l'amygdalectomie.

Cette intervention est fréquente chez l'enfant (généralement avant l'âge de 8 ans), mais n'est pas rare chez l'adulte, loin s'en faut. Il s'agit alors de retirer les amygdales palatines, foyer des angines à répétition (amygdalite chronique), tout en procédant à une adénoïdectomie, c'est-à-dire l'ablation des végétations (amygdales pharyngiennes).

Les différents types d'amygdales

oz-keel-amande-170_400_07.jpg
Les amygdales sont constituées de tissu lymphoïde (avec l'aspect d'une éponge), qui fabrique les anticorps. Elles participent au système lymphatique de l'organisme et sont localisées en trois endroits.

Dans la cavité nasale

Les amygdales pharyngiennes, ou végétations adénoïdes, sont situées au fond des fosses nasales. Elles se développent jusqu'à l'âge de 8 ans, puis s'atrophient d'elles-mêmes. Exceptionnellement, on peut en retrouver à l'âge adulte.

Dans la gorge

Les amygdales (ou tonsilles) palatines peuvent être observées à droite et à gauche au fond de la gorge. Ce sont elles que l'on désigne par le terme habituel d'amygdales. La luette pend entre les deux.

Derrière la langue

Ce sont les amygdales linguales. Elles sont situées de part et d'autre de la langue, en bas. Elles causent rarement des problèmes.

Si les amygdales jouent un rôle réel contre les infections, les angines à répétition les rendent inefficaces contre les microbes et, pire, les transforment en sites infectieux chroniques. L'ablation n'engendrera que des conséquences limitées sur la capacité de l'organisme à se battre contre les germes, puisque les amygdales ne représentent qu'une petite partie de ce système de défense.

Les complications

123-man-pijn-keel-170-09.jpg
Des végétations à l'âge adulte peuvent se manifester par une congestion nasale, la sensation de parler du nez, des rhumes à répétition, une tendance à respirer par la bouche et des ronflements.

L'inflammation aiguë des amygdales se traduit par des douleurs à la déglutition, de la fièvre et un état de mal-être. Ceci peut se produire plusieurs fois par an.

L'inflammation chronique des amygdales (amygdalite chronique) se caractérise par des symptômes tels que la difficulté à avaler, une gorge sensible, une douleur irradiante, la fatigue, les ronflements, la léthargie et la mauvaise haleine. Elle peut survenir spontanément ou à la suite d'une angine mal soignée.

L'abcès péri-amygdalien. Lors de l'inflammation, les amygdales gonflent, ce qui produit à son tour une atteinte des ganglions, qui peuvent devenir douloureux. Si l'inflammation s'étend à tous les tissus environnants, il peut se former un abcès péri-amydgalien, en raison d'une accumulation de pus. Le patient a beaucoup de mal à avaler, la fièvre est souvent importante (mais elle peut aussi être absente), alors que la tendance est de pencher la tête sur le côté. L'ouverture de la bouche peut s'avérer difficile, voire impossible, alors que la douleur irradie vers l'oreille. Cet état appelle une prise en charge médicale immédiate (antibiotiques et, si nécessaire, drainage chirurgical).

L'opération

La décision de procéder à l'ablation des amygdales sera prise en fonction de la sévérité et de la fréquence des plaintes. Si celles-ci ne peuvent pas être soulagées de manière satisfaisante par les traitements médicaux (antidouleurs et antibiotiques), ou si les médicaments doivent être utilisés trop souvent, l'option chirurgicale sera considérée comme le recours le plus opportun (avec le cas échéant une adénoïdectomie).

Lorsqu'il y a abcès, celui-ci sera retiré en premier lieu. L'ablation des amygdales interviendra, selon les circonstances, quelques jours ou quelques semaines plus tard.

L'ablation des amygdales se pratique habituellement sous anesthésie générale, que ce soit chez l'enfant ou chez l'adulte.

Néanmoins, une amygdalectomie au laser peut être réalisée chez l'adulte. Cette intervention ne nécessite pas d'anesthésie générale, mais se déroule en plusieurs séances.

Sauf circonstances particulières, ces opérations sont réalisées en hospitalisation de jour.

Après l'intervention

sorbet-kleurtjes-170-400_09.jpg
Immédiatement après l'opération

• Au réveil, le patient ressent d'importantes difficultés à déglutir et une forte douleur (plus intense d'ailleurs chez l'adulte que chez l'enfant), qui sera soulagée par les analgésiques et la consommation de boissons très froides.

• Il est important de ne pas se racler la gorge.

• Des saignements par la bouche ou par le nez peuvent se produire. Cela n'a en principe rien d'alarmant (dans l'immédiat).

De retour à la maison

• Le paracétamol aidera à soulager la douleur.

• La croûte grisâtre qui s'est formée à l'endroit où se trouvaient les amygdales disparaîtra spontanément après une bonne semaine.

• La (très) mauvaise haleine n'est que temporaire, tout comme l'impression de goût métallique dans la bouche.

• Le dentifrice peut provoquer des picotements dans la gorge : il vaut mieux s'en passer pendant quelques jours (tout en se brossant les dents quand même !).

• Le retour au travail ou à l'école intervient généralement après une à deux semaines de convalescence.

• En cas de saignements, il est indispensable de contacter un médecin.

Et l'alimentation ?

• Durant les premiers jours, il est important de consommer des produits froids (eau, sorbets...), à l'exception cependant des boissons pétillantes, des jus de citron, d'orange et de tomate, et des produits laitiers.

• Le lendemain de l'intervention, le patient peut commencer à manger une nourriture facile à avaler (purée, soupe, compote...) et pas trop chaude. La transition vers un régime alimentaire normal se fera progressivement en une dizaine de jours, sans forcer et en évitant les friandises, les frites ou les croûtes de pain, par exemple.


publié le : 09/01/2014 , mis à jour le 08/08/2015
pub

Restez informés !

Inscrivez-vous à notre newsletter:

Non, merci