Apprendre une nouvelle langue modifie le cerveau

Dernière mise à jour: août 2015
123-hers-creatief-170-11.jpg

news Plus un enfant apprend tardivement une seconde langue, plus cela s’accompagne de changements structurels dans le cerveau.

Et spécifiquement dans le cortex frontal inférieur, une zone située à l’avant du cerveau, qui est impliquée dans des processus complexes comme la prise de décision, le comportement social, la motivation, la planification ou encore la déduction. Cette équipe de l’université McGill (Montréal) explique que l’apprentissage d’une nouvelle langue, lorsqu’il intervient après l’acquisition de la langue maternelle (pas simultanément, donc), modifie cette structure en stimulant la croissance neuronale et les connexions entre les neurones.

Le cortex frontal inférieur devient plus épais, pour le dire comme cela. Et plus l’apprentissage est tardif dans l’enfance, plus les changements sont importants. Logiquement, on peut supposer que ceci agit favorablement sur certaines capacités, sur certaines compétences liées à cette région cérébrale, mais il reste à déterminer dans quelle mesure. C’est à cela que les chercheurs vont à présent s’atteler, tout en explorant ces processus chez l'adulte.

Voir aussi l'article : Les bilingues savent faire plus de choses en même temps

Source: Brain and Language (www.journals.elsevier.com/b)
Vous voulez recevoir nos articles dans votre boîte e-mail ?

Inscrivez-vous ici à notre newsletter.

vous pourrez vous désinscrire quand vous le souhaiterez
Nous traitons vos données personnelles conformément à la politique de confidentialité de Passion Santé SA.