Régler l’horloge interne des… fruits et des légumes

Dernière mise à jour: septembre 2013 | 2943 visites
voed-gez-fruit-gr-170_400_10.jpg

news Préserver « naturellement » l’horloge biologique des plantes pour améliorer la santé des consommateurs : c’est le défi que veulent relever ces chercheurs américains.

Après leur récolte, les fruits et les légumes réagissent encore à leur environnement pendant plusieurs jours. « Nous montrons qu’il est possible d’utiliser la lumière pour les inciter à produire plus d’antioxydants à certains moments de la journée », explique cette équipe des universités Rice (Houston) et de Californie (Davis).

Grâce à un éclairage contrôlé dans une enceinte étanche, les spécialistes ont simulé des cycles jour-nuit de lumière et d’obscurité, afin de prendre le contrôle des horloges internes d’une série de fruits et de légumes, parmi lesquels le chou, les carottes, les courges, les myrtilles ou le brocoli. Ils ont ainsi réussi à déclencher deux processus.

Un effet bénéfique pour les consommateurs


Le premier, c’est la production de substances chimiques de lutte contre les insectes, des pesticides naturels donc. Ce phénomène a notamment été observé sur une espèce particulière de plante, Arabidopsis thaliana (un organisme modèle pour la recherche génétique, d’ailleurs). Deux : l’augmentation de la fabrication par certains légumes (notamment le brocoli) d’antioxydants, comme la glucoraphanine, à laquelle on attribue des propriétés anticancéreuses.

Tous ces résultats suggèrent qu’après la récolte, le stockage des fruits et des légumes devrait être assuré dans un environnement qui maintienne quelque temps encore la régularité de leur horloge interne, avec un effet bénéfique pour la résistance aux insectes et pour la santé des consommateurs. Ces recherches vont évidemment être approfondies.

Source: Current Biology (www.cell.com/current-biolog) via Santé Log
publié le : 10/09/2013 , mis à jour le 09/09/2013
pub

Restez informés !

Inscrivez-vous à notre newsletter:

Non, merci