La musique comme traitement

Dernière mise à jour: août 2015 | 17194 visites
123-muziek-denken-170-10.jpg

news La musique comme outil thérapeutique ? Des spécialistes explorent en tout cas ce potentiel, qui pourrait déboucher sur des traitements spécifiques.

Parmi d’autres, c’est en ce sens qu’avancent les équipes du Centre de recherche sur le cerveau, le langage et la musique, une structure pluri-universitaire canadienne, dont le centre opérationnel est établi à l’université McGill (Montréal). Voici peu, elles ont établi que l’apprentissage de la musique avant l’âge de 7 ans influençait positivement le développement du cerveau, en stimulant les connexions neuronales, avec un bénéfice dans des tâches comme la planification et l’exécution des mouvements, la lecture et la concentration.

La maladie d'Alzheimer


Ces neuroscientifiques s’intéressent de très près aux liens, aux passerelles entre les zones du cerveau impliquées dans la perception et les réactions à la musique et celles qui entrent en jeu dans le langage. Ils ont ainsi pu déterminer que des mêmes zones interviennent dans ces deux fonctions, ce qui explique qu’un accident vasculaire cérébral (AVC) puisse engendrer simultanément des perturbations des facultés musicales et verbales. Ceci est également vrai pour les mouvements, sachant que chez un musicien, l’acuité du geste est cruciale.

Mais des circuits différents sont également impliqués et peuvent donc être altérés isolément : ainsi, des patients Alzheimer conservent une capacité de reconnaissance musicale, alors qu’ils ne parviennent plus à tenir un discours cohérent. L’intention des chercheurs consiste à déterminer dans quelle mesure la musique pourrait permettre de développer des connexions cérébrales lorsqu'elles sont compromises, et affectant par exemple la mobilité et la maîtrise du mouvement dans la maladie de Parkinson ou après un AVC, ou touchant le langage. Un champ d’études passionnant.


publié le : 09/08/2013 , mis à jour le 06/08/2015
pub

Restez informés !

Inscrivez-vous à notre newsletter:

Non, merci