ad

Sodas et malbouffe : quel cocktail !

Dernière mise à jour: mai 2013 | 9286 visites
123-p-kind-eten-fastfood-170-5.jpg

news Les enfants qui consomment des sodas sont aussi ceux qui s’alimentent le plus mal, avec un risque évident d’obésité.

Les spécialistes constatent depuis de nombreuses années que les cas d’obésité chez l’enfant augmentent parallèlement à la consommation croissante de boissons sucrées. Mais dans quelle mesure sont-elles en cause ? Selon ces chercheurs de l’université de Caroline du Nord, elles interviennent de manière à la fois directe et indirecte. Explications.

L’équipe a suivi une cohorte de quelque dix mille enfants, âgés de 2 à 18 ans, et répartis en trois groupes d'âge : entre 2 et 5 ans, de 6 à 11 ans et de 12 à 18 ans. Le critère pris en considération portait sur les apports caloriques. La première observation montre que les sodas constituent le principal responsable de la hausse calorique chez les 2-5 ans et les 6-11 ans. Chez les plus grands, l’influence des boissons sucrées est manifeste, mais à ceci s’ajoute une alimentation particulièrement déséquilibrée (beaucoup trop riche en graisses et en sucres) parmi ceux qui absorbent chaque jour plus de 500 kcal provenant des sodas (trois ou quatre canettes).

En d’autres termes, c’est la double peine, avec ce constat que ces boissons, déjà néfastes en tant que telles, accentuent considérablement les comportements de malbouffe (frites, hamburgers, friandises en excès…). La suggestion des auteurs est à double intention : limiter drastiquement la consommation de sodas chez l’enfant (dès son jeune âge), afin de maîtriser les apports caloriques liés à ces boissons et, dans le même temps, prévenir le glissement vers des habitudes alimentaires très préjudiciables.

Source: American Journal of Preventive Medicine (www.ajpmonline.org)
publié le : 26/05/2013 , mis à jour le 25/05/2013
ad
pub