Peut-on voir avec des moustaches au bout des doigts ?

Dernière mise à jour: mars 2013 | 3692 visites
dieren-kat-zw-w-170_560_06.jpg

news Une très étonnante expérience montre comment un individu s’adapte sans trop de difficultés à un nouveau sens.

En l’occurrence, celui des moustaches au bout des doigts. L’idée de départ de cette équipe de l’institut Weizmann (Israël) a consisté à se demander dans quelle mesure l’être humain était en mesure d’exploiter une nouvelle ressource sensorielle, s’il pouvait acquérir un sens non inné. Et pourquoi ne pas essayer avec les vibrisses, comme celles des chats, ou en tout cas s’en inspirer ?

Des volontaires ont été recrutés et chacun a été équipé, aux index des mains, d’une sorte de moustache, un cheveu élastique d’une trentaine de centimètres de longueur, avec à la base des capteurs de position et de force. Face à eux, deux poteaux séparés horizontalement par une courte distance ; l’un étant placé un peu plus en retrait. Les yeux bandés, les participants devaient indiquer lequel, de gauche ou de droite, était le plus proche, et ceci en ne se fiant qu’aux informations transmises par leurs « vibrisses » (premier poteau touché, poteau le plus proche).
Le test initial a été réussi sans trop de difficultés, sachant qu’un poteau était plus en arrière de huit centimètres par rapport à l’autre. Ce qui est remarquable, c’est la maîtrise progressive, au fur et à mesure que se réduisait le décalage entre l’objet le plus proche et le plus éloigné. Le seuil moyen de perception s’est ainsi établi à trois centimètres, alors que certains sujets ont réussi à « sentir » une différence d’à peine un centimètre.

Comment ? En adaptant le mouvement des mains, en le ralentissant en fait. Ainsi que l’explique Techno Science, les chercheurs ont recoupé les informations recueillies par les capteurs placés aux doigts pour développer un modèle décrivant la manière dont la « vision du monde » est actualisée au fur et à mesure que de nouvelles informations sensorielles sont intégrées, avec une prise de confiance progressivement renforcée, au point de considérer ce nouveau sens comme parfaitement fiable.

Les spécialistes indiquent que ces travaux révèlent quelques nouveaux principes de perception active, et qu’ils pourraient déboucher sur le développement de méthodes notamment destinées à venir en aide aux aveugles (avec la mise au point d’instruments sensoriels intuitifs).

[Source : Journal of Neuroscience]


publié le : 27/03/2013 , mis à jour le 26/03/2013
pub

Restez informés !

Inscrivez-vous à notre newsletter:

Non, merci