L’enfant se construit sur l’attention qu’on lui porte

Dernière mise à jour: juillet 2012

news Le type de réponse aux besoins d’attention du jeune enfant détermine la manière dont il cherchera, plus tard, à coopérer et à apprendre.

Cette façon de présenter les choses peut paraître abstraite. Pour mieux comprendre, voici l’expérience réalisée, en deux temps, par Marie-Pierre Gosselin, du département de psychologie de l’université Concordia (Montréal). Dans la première partie de l’étude, elle a placé un parent et un enfant dans la même pièce. L’adulte devait répondre à un long questionnaire mobilisant sa réflexion et sa concentration, « ce qui provoquait généralement chez l’enfant le besoin d’attirer son attention », indique Marie-Pierre Gosselin.

Elle poursuit : « Certains montraient du doigt et partageaient de objets avec leur parent, riaient et souriaient en parlant avec lui, et utilisaient des phrases comme « Excuse-moi maman ». Ces signes constituaient des comportements que nous avons qualifiés de « grande qualité ». Les comportements de recherche d’attention de mauvaise qualité se traduisaient quant à eux par des pleurs, des cris, des gestes d’impatience de la part de l’enfant ; comme s’emparer du stylo et le jeter par terre, par exemple ».

La qualité plutôt que la quantité

Ces attitudes confirment le présupposé de la psychologue : les enfants de parents attentifs et réceptifs affichent un besoin d’attention de « qualité » et se montrent plus positifs, plus coopératifs, plus « sociables ». Dans la seconde partie de l’étude, l’enfant devait observer son père ou sa mère exécuter une série de tâches (comme s’emparer d’une balle de trois manières différentes) et essayer de l’imiter. Marie-Pierre Gosselin note que les enfants qui présentent un besoin d’attention positif se montrent plus coopératifs que ceux qui manifestaient une réaction négative lorsque le parent était occupé (référence au premier test).

Elle souligne que « ce n’est pas tant le nombre de comportements de recherche d’attention qui prime dans le développement des enfants, mais leur qualité ». La manière dont l’enfant cherche à attirer l’attention est donc essentielle, tout comme la suite qu’y donnera le parent ; l’un et l’autre étant étroitement liés, avec des conséquences sur la volonté de l’enfant de coopérer avec ses parents, d’apprendre d’eux.

Ces résultats sont publiés dans la revue « Child Development ».

Vous voulez recevoir nos articles dans votre boîte e-mail ?

Inscrivez-vous ici à notre newsletter.

vous pourrez vous désinscrire quand vous le souhaiterez
Nous traitons vos données personnelles conformément à la politique de confidentialité de Passion Santé SA.