Peut-on manger du chocolat quand on a mal à l'estomac ?

Dernière mise à jour: novembre 2016 | 63922 visites
vr-chocola-eten-170_400_10.jpg

news Il est difficile de résister aux tentations chocolatées. Et pourtant, il le faudrait si vous souffrez de maux d'estomac.

En effet, de nombreuses personnes souffrent de régurgitations ou de reflux gastro-oesophagien (RGO). Certaines en souffrent en continu toute l'année, d'autres seulement aux changements de saison ou encore suite à un stress mal géré, à des plats trop gras ou trop épicés, à une mauvaise hygiène de vie, etc.

Le chocolat est riche en lipides et que comme tout aliment gras, il entraîne une digestion plus lente et plus difficile. Il restera, comme on dit communément, "sur l'estomac". De plus, le chocolat augmente les sécrétions acides, ce qui n'est pas vraiment idéal si l'on souffre déjà de maux d'estomac et, a fortiori, de RGO. Le chocolat est, en fait, considéré comme l'ennemi numéro un de l'estomac, car il augmente encore davantage les régurgitations, les sensations de "brûlant" et les maux d'estomac.

Le cacao - fatalement fortement présent dans le chocolat - contient des méthylxanthines (caféine, théophylline et théobromine) qui entraîneront la dilation du sphincter situé au-dessus de l'estomac... favorisant ainsi les régurgitations. Il convient donc de limiter le chocolat tout comme le café, le thé, l'alcool et le tabac.

Certaines personnes pensent - à tort - qu'elles doivent éviter le chocolat fondant car sa teneur en cacao est supérieure à celle du chocolat au lait. Ce dernier point est exact, mais le chocolat au lait est nettement plus gras que la barre de fondant. Et on sait que les aliments gras sont également à bannir puisqu'ils aggravent, généralement, les désordres digestifs.

De plus, un chocolat au lait affiche la combinaison "diabolique": graisses et cacao.

Bref, il est vivement déconseillé de fondre pour du chocolat... sauf avec modération.

Source: B.Simon
publié le : 08/04/2012 , mis à jour le 23/11/2016
pub

Restez informés !

Inscrivez-vous à notre newsletter:

Non, merci