La MatriceLab, qu'est-ce que c'est ?

dossier

Sur les réseaux sociaux, les mamans en parcours PMA (procréation médicalement assistée) sont nombreuses à l'évoquer comme une étape de leur parcours. La MatriceLab est un test qui permet en quelque sorte de mesurer la bonne santé de l'utérus, ou plutôt de l'endomètre, au moment de l'implantation d'un embryon. L'intérêt est de pouvoir proposer ensuite un traitement sur mesure à la femme, en fonction des problématiques éventuelles rencontrées. Explications.

Lorsqu'un couple est amené à réaliser des FIV (fécondation in vitro), mais que, transferts après transferts, les échecs se répètent, il peut se voir proposer des examens particuliers pour essayer de comprendre pourquoi "ça ne prend pas". Parmi ceux-ci, la MatriceLab est sans doute l'un des plus connus actuellement.

La MatriceLab, c'est quoi?

Mise au point par Nathalie Lédée, gynécologue obstétricienne, chercheuse et responsable d'un service PMA parisien, "MatriceLab" est un test dont l'objectif est d'arriver à comprendre ce qui se joue au niveau de l'endomètre lors de l'implantation de l'embryon. Il s'agit, pour résumer, d'un bilan immunitaire de la réceptivité utérine.

Pour bien comprendre:

  • L'endomètre est la muqueuse utérine qui s'épaissit au cours du cycle pour accueillir un embryon et lui permettre de se développer.
  • À chaque cycle, il existe une fenêtre d'environ 4 jours: c'est le bon moment pour l'embryon pour s'implanter (nidation). On l'appelle la fenêtre théorique d'implantation de l'embryon. Ce moment survient plusieurs jours après l'ovulation (pour un cycle de 28 jours, entre le 20e et le 24e jour du cycle).
  • Pour une bonne implantation et pour que la grossesse démarre bien, il faut un bon échange immunitaire entre les cellules de l'endomètre, les cellules immunitaires de la mère et l'embryon. On parle de réceptivité utérine.
  • Il arrive, sans qu'on en comprenne toujours les raisons, que cet échange immunitaire ne se déroule pas comme il faudrait. Par exemple, le corps reconnaît l'embryon comme un organisme étranger, le système immunitaire se suractive et rejette l'embryon.
  • La MatriceLab, comme d'autres tests (ERA ou Win-Test) proposent de travailler sur ce "terrain" qu'est la matrice utérine, en personnalisant le soin pour optimiser les chances qu'une grossesse prenne. Est-ce qu'il y a un déséquilibre dans ce premier dialogue entre la mère et l'embryon? Si oui, quel est le mécanisme de ce déséquilibre?

La MatriceLab c'est pour qui ?

Deux cas de figure peuvent justifier la prescription d'une MatriceLab, lorsqu'un couple n'arrive pas à concevoir:

  • Des fausses couches à répétition,
  • L'absence d'accroche d'embryons pourtant de bonne qualité (frais ou congelés), après leur transfert dans l'utérus. En principe, le gynécologue peut proposer une MatriceLab après le transfert d'au moins 3-4 embryons type Blastocystes (J5) ou de 5-6 embryons type J2/J3.

Dans les deux cas, fausses couches ou absence d'implantation, on propose un examen comme la MatriceLab lorsqu'on ne comprend pas le pourquoi de ces échecs.

Comment se passe l'examen ?

La MatriceLab est une biopsie de l'endomètre, réalisée par aspiration en consultation, une semaine environ après l'ovulation. Elle intervient donc dans un protocole de suivi précis du cycle. Concrètement, votre gynécologue pose un spéculum comme lors de n'importe quel examen gynécologique, et aspire un peu d'endomètre. Il ne vous reste ensuite qu'à envoyer le prélèvement par la Poste.

Le prélèvement n'est pas ressenti de la même manière par toutes les femmes. Certaines décrivent la sensation d'un frottis qui dure longtemps, trouvent l'examen particulièrement désagréable voire se sentent mal, quand d'autres ne sentent rien de plus qu'un chatouillis. Vous pouvez saigner légèrement après l'examen, et ressentir des maux de ventre les heures qui suivent.

Vous recevez vos résultats 3 semaines plus tard environ.

L'examen coûte environ 500 euros et n'est pas (encore) pris en charge par l'assurance maladie.

Quels traitements sont proposés ensuite?

En fonction de vos résultats, on va proposer plusieurs stratégies thérapeutiques:

  • Si les cellules immunitaires sont immatures, et donc ne permettent pas l'implantation, on réalise ce qu'on appelle un scratching (curetage de la zone d'implantation) lors du cycle précédent. Les molécules d'adhésion vont alors se surexprimer. Des rapports sexuels - le liquide séminal aide à l'expression des cellules - et des petites doses d'hCG pour favoriser les mécanismes de vascularisation sont recommandés.
  • Si on constate une suractivation des cellules immunitaires - elles se transforment en cellules agressives - on ne réalise aucun geste gynécologique mais on va plutôt s'orienter sur une hormonothérapie en se servant de la la progestérone et des œstrogènes comme immunosuppresseurs. Ensuite, on va essayer de contrôler ces cellules immunitaires.

Il arrive qu'on ait un mélange des deux situations. Dans ce cas, on adapte le traitement.

Quelle est la différence entre la MatriceLab et les autres tests de réceptivité utérine (ERA, Win-Test)?

Comme la MatriceLab, les tests ERA et Win-Test reposent sur la même idée de comprendre ce qui se jouer au niveau de la réceptivité utérine. Mais ces deux autres tests sont basés sur l'idée d'une synchronisation optimale de l'embryon avec la progestérone. On va donc adapter le traitement de progestérone à ce qu'on constate précisément (ajouter ou retirer une demi-journée de progestérone par exemple). On ne propose donc pas les mêmes stratégies thérapeutiques. Des recherches sont encore en cours, notamment pour le Win-Test.

À noter que ces tests peuvent tout à fait être complémentaires.

Suivez Minimi sur Facebook et Instagram

Lire aussi:
La rencontre | Cécile, 34 ans, a fait un don d’ovocytes
Témoignage | Mes bébés miracles après 9 ans d’essais et 4 ans en PMA
« Pas simple de raconter ce qu’on vit à sa meilleure amie »: Adva, consultante en fertilité et PMA

auteur : Amélie Micoud - journaliste santé

Dernière mise à jour: juillet 2022
Comment faire vite et bien le plein de vitamine D? Comment faire vite et bien le plein de vitamine D?
Vista-life pharma

C’est en hiver et au printemps que notre vitamine D est au plus bas. Découvrez comment la garder au top pour profiter de ses bienfaits.

En savoir plus
Vous voulez recevoir nos articles dans votre boîte e-mail ?

Inscrivez-vous ici à notre newsletter.

vous pourrez vous désinscrire quand vous le souhaiterez
Nous traitons vos données personnelles conformément à la politique de confidentialité de Roularta Media Group NV.
volgopfacebook

volgopinstagram