Hypothermie et froid hivernal

Dernière mise à jour: avril 2011 | 13229 visites

dossier Passer de longues heures dehors sous des températures glaciales, que ce soit pour faire du sport ou en étant immobilisé suite à un accident peut causer une grave hypothermie.
Pratiquer un sport en hiver ne procure généralement pas que des aspects positifs. Le vent, la neige, le froid glacial, les frimas peuvent quelque peu gâcher la fête. Sous nos températures et latitudes, des gants, un anorak et un bonnet adaptés suffiront à contrer les effets du froid. Ce qui n’est pas toujours le cas lorsqu’il s’agit de faire du sport durant de longues heures ou que lors d’un accident ou pour l’une ou l’autre raison, une personne reste exposée plus que de coutume au froid, au vent glacial ou encore à la neige. Des phénomènes d’hypothermie peuvent être enregistrés.

L'hypothermie: quid?

sneeuw--hypo-170.jpg
Pour rappel, on parlera d’hypothermie lorsque les mécanismes de défense contre le froid de l’organisme sont perturbés. Lorsque la température du système central de régulation de la température du corps humain chute en-dessous des 35C°, il s’en suit une série de réactions qui peuvent être dangereuses pour la santé voire le pronostic vital. Les couches extérieures de l’organisme, à savoir la peau protègent le noyau du corps humain contre des variations brusques de températures.

Le cerveau est muni d’un thermostat spécifique qui permet de faire varier la température corporelle aux alentours de 37C°. Si la température corporelle augmente sous par exemple l’effet d’une activité physique intense ou d’une infection, le corps essayera via des mécanismes spécifiques de réduire au maximum la chaleur corporelle. Si, au contraire, la température corporelle chute, le corps réagira sous l’effet de contractions musculaires (tremblements) ou via la libération d’hormones comme par exemple de l’adrénaline.

En bougeant, on permet également de produire une certaine chaleur. C’est ainsi que lorsqu’on fait une activité physique, environ 3/4 de l’énergie est transformée en chaleur. Cependant les sportifs doivent veiller à ne pas subir de trop grands écarts de températures et surtout à ne pas souffrir d’hypothermie ou d’un refroidissement brusque de certains tissus.

C’est la raison pour laquelle, on voit souvent des sportifs de haut niveau revêtir un training dès que l’effort est terminé.

La température ressentie

Il convient de faire une différence entre la température affichée au thermomètre et celle ressentie par l’organisme. Tout dépend aussi de la force du vent et du degré ou non d’ensoleillement. Il faut donc tenir compte avant tout de la force du vent, ce qu’on appelle le wind-chill factor en jargon professionnel. C’est ainsi que skier par exemple par moins 1C° avec un vent qui souffle à 32 km/h revient à faire du sport sous une météo de moins 15C° !

Si la température extérieure dans ce même cas était de moins 12C°, la température ressentie par le corps dans de mêmes circonstances serait de moins 32C°. Sous de telles températures, on a atteint très vite le stade d’hypothermie! Se vêtir en conséquence contre le froid est également nécessaire pour une activité physique quelque peu moins intense comme par exemple la marche au grand air en plein hiver.
Veillez à bien couvrir les enfants qui lors de telles promenades prennent place sur le dos de l’un des promeneurs et qui par conséquent restent statiques. Chaque année, de nombreux enfants en bas âge doivent être admis à l’hôpital des stations de ski pour des phénomènes d’hypothermie.

Les signaux d'alarme

wind-chill--170.jpg
Les effets d’une hypothermie varient au cas par cas mais surtout selon la sévérité du froid. La température humaine est de 37C° au niveau interne mais elle varie par exemple aux endroits les plus exposés comme par exemple les extrémités : pieds, mains, nez, visage, oreilles. On ne parlera cependant que d’hypothermie lorsque la température centrale de l’organisme est en chute libre. On dénombre ainsi 2 phases distinctes : la phase de perte et la phase d’épuisement.

La première se fera sentir lorsque la température centrale interne du corps chutera en dessous des 35C° avec une sensation de froid,
• une peau bleuie,
• un état de conscience maintenu mais parfois avec de légères confusions,
• des tremblements, des frissons, un claquement des dents, des extrémités endolories et douloureuses,
• un rythme cardiaque irrégulier, une augmentation de la tension artérielle et une respiration plus lente.

La phase dite d’épuisement, quant à elle, sera déclenchée lorsque la température corporelle interne oscillera entre 33 et 27 C°.
On observe généralement
• une perte de conscience,
• de la somnolence,
• des raideurs musculaires,
• des claquements de dents et des frissons,
• plus aucune douleur dans les membres ou extrémités suite au froid,
• un rythme cardiaque ralenti voire très lent et irrégulier,
• une respiration irrégulière.

Enfin, il faut également signaler la phase dite de paralysie avec une température corporelle interne inférieure à 27C°. Avec de fortes pertes de connaissance, plus de réflexes, plus de réactions des pupilles, un rythme cardiaque très faible et une respiration très lente.

Prévention

Il existe des moyens simples et efficaces d’éviter une hypothermie et les conséquences désastreuses qu’elle peut entraîner sur l’organisme.
• Il convient par exemple d’écouter attentivement les bulletins météorologiques et la combinaison degrés-vent ou le wind-chill factor avant de se mettre en route pour pratiquer une randonnée ou une activité physique par grand froid.
• Il convient d’adapter votre tenue vestimentaire en fonction de l’altitude, la localisation (en ville, en montagne, sur un lac gelé…) de l’activité physique envisagée et des conditions météorologiques.
Ne partez jamais seul dans des conditions climatiques extrêmes.
• Eviter de transpirer trop intensément lors des efforts physiques et/ou bien d’adapter vos activités en fonction.
Ne buvez surtout pas d’alcool. Haro au fameux vin chaud qui fera encore davantage chuter la chaleur corporelle et qui procurera une sensation de somnolence ou de douce quiétude….dont il faut se méfier !
• Adaptez également votre alimentation.
• Ne faites jamais de sport dans de telles conditions l’estomac vide.
• Emportez toujours des barres énergétiques ou encore du chocolat pour les baisses de tonus.

En effet, lors de la digestion, il y a une production de chaleur interne qui permet de maintenir la température interne de l’organisme en équilibre. N’oubliez pas d’accorder une attention toute particulière aux vêtements pour les enfants qui sont parfois plus statiques que les adultes et donc davantage soumis aux risques d’hypothermie. De plus, les petits de moins de 12 ans sont davantage exposés aux écarts de température et perdent plus facilement de la chaleur que les adultes notamment via la tête.

Que faire?

handschoenen--wol.jpg
Il convient, quel que soit le stade de l’hypothermie, de limiter au maximum les dégâts c’est-à-dire que l’organisme n’enregistre encore une chute plus importante de chaleur. Il convient- si possible – de remplacer les vêtements humides ou de les sécher le plus rapidement possible.

Veillez à maintenir la tête et la nuque bien au chaud. Il conviendra de réhabituer l’organisme graduellement à la chaleur afin que le sang chaud se mêle lentement mais sûrement au sang « froid » et ce, afin d’éviter des troubles du rythme cardiaque importants. Eviter donc de placer la personne immédiatement dans un bain chaud ou dans une pièce surchauffée sous un tas de couvertures et à côté d’un bon feu de bois. Il faut y aller progressivement ! Le bain diète et puis progressivement plus chaud par la suite sera nettement mieux !

Il convient de proposer une boisson chaude enrichie en sucre comme un thé au miel, un lait chaud ou encore un chocolat chaud.

Surtout pas d’alcool ou de petit remontant.

Si la personne a perdu connaissance, il est vivement conseillé d’appeler les urgences voire un médecin. En attendant les secours, il conviendra de réchauffer manuellement la personne en se couchant à côté d’elle de sorte à lui transmettre votre propre chaleur, à lui parler et/ou à lui masser les extrémités et le corps. Veillez à bien couvrir la tête, la nuque et de mettre un maximum de vêtements/couvertures sur la victime mais tout en y allant progressivement.

Le thermostat humain

• Le corps humain perd de la chaleur en touchant ou en étant en contact avec un objet ou un lieu plus froid. Cette perte de chaleur joue un rôle important notamment en cas de sports aquatiques.

• Un corps pourra tenir par exemple environ 55 minutes dans une eau à une température de 5C°. Il ne survivra que durant 12 minutes dans une eau à 0C° ! En cas d’accident de ski, il conviendra d’isoler le plus rapidement possible la victime en la mettant à l’abri du froid surtout si les secours mettent du temps pour arriver et que la victime devra rester longtemps immobilisée. Il convient également de tenir compte des extrémités qui sont fortement exposées au froid et au vent dans certains sports comme par exemple le cyclisme, le ski, le patinage. Enfin, n’oublions pas les mains et les pieds et les fameuses engelures.

• Sous l’influence du froid, les vaisseaux sanguins se rétrécissent au niveau des mains et des pieds avec pour conséquences une diminution de la circulation sanguine.

• C’est ainsi que certaines personnes sont particulièrement sensibles au froid au niveau des mains et des pieds : picotements, sensation de brûlures voire de paralysie, peau bleue avec ou sans crampes musculaires et une atrophie des capillaires sanguins (Phénomène de Raynaud).
• Il conviendra de porter des gants et de bonnes chaussures ou bottes fourrées. Ne pas superposer les couches de bas car cela pourrait faire en sorte que les pieds soient trop serrés et donc provoquer une mauvaise circulation sanguine.

• Il existe également des pommades chauffantes, des gants et chaussettes en microfibres ou en soie qui sont particulièrement chaudes, des coussins chauffants. Il convient de garder les gants, les chaussettes et chaussures au sec.

• Enfin, évitez aussi de porter des vêtements humides par exemple après avoir transpiré, ce qui pourrait occasionner un refroidissement rapide de la température interne du corps. Optez pour éviter une transpiration excessive pour des vêtements en fibres naturelles et non pour du synthétique…Néanmoins, des vêtements en GoreTex® super légers et très chauds sont généralement parfaits de par leur système thermorégulateur.

• Les alvéoles des fibres permettent une bonne évacuation de la sueur. Notez néanmoins que ce type de fibres textiles ne protège pas de la pluie ni du vent et que de tels vêtements doivent être mis en combinaison avec des tissus qui ne laissent pas passer le vent. Demandez conseil dans les magasins spécialisés.


publié le : 01/01/2011 , mis à jour le 21/04/2011
pub

Restez informés !

Inscrivez-vous à notre newsletter:

Non, merci