Que faire en cas d'alopécie androgénique?

Dernière mise à jour: mars 2011 | 10079 visites
man-kaal-170_01.jpg

news La forme de chute des cheveux la plus courante est l’alopécie androgénique qui est hormono-dépendante puisqu’elle apparaît sous l’influence des androgènes, les hormones masculines. Ce type de chute capillaire touche aussi bien les hommes que les femmes. Il s’agit en fait d’une perte de cheveux qui survient à un certain âge.

Chez les hommes, cette alopécie démarre par un recul de la masse des cheveux sur le front et sur les tempes. Le crâne pourra également se dégarnir. Chez la femme, la chute sera plus discrète et évolue rarement jusqu’à une réelle calvitie. L’alopécie androgénique est héréditaire. Il y aurait donc un terrain génétiquement prédisposant qui fragilise chez certaines personnes la racine capillaire sous l’influence d’hormones masculines et ce, même si elles sont présentes à des concentrations normales. Le cycle capillaire est beaucoup plus vite terminé et la personne perdra davantage de cheveux qu’il ne lui en poussera.

Un réel déséquilibre capillaire s’installe. Cette forme de chute capillaire ne peut guérir mais il existe des moyens et des méthodes qui permettent de ralentir voire de stopper cette évolution. Certaines méthodes permettent même de stimuler la repousse capillaire. Il existe ainsi des lotions (en cure) à base de minoxidil® qui permettent une repousse des cheveux. Le produit sera utilisé à vie. Il suffit de l’appliquer tous les matins. Notez que ce type de lotion semblerait donner de meilleurs résultats chez les femmes que chez les hommes. La finastéride stimule, quant à elle, la repousse de nouveaux cheveux et ralentit la chute capillaire car elle contrecarre la transformation de la testostérone en dihydrotestostérone. Ce traitement ne sera efficace qu’après 6 à 12 mois et devra être pris à vie. Il vous faudra avaler quotidiennement un comprimé. Lors de l’arrêt du traitement, la chute capillaire refera son apparition. On recense parmi les effets secondaires une hypertrophie de la prostate et un manque de libido. Ce médicament est interdit chez les femmes enceintes et chez les femmes en âge de procréer, notamment suite aux effets indésirables (effet tératogène e.a.). De récentes études ont montré que la combinaison des deux produits susmentionnés augmenterait la croissance capillaire. Des méthodes chirurgicales avec implants capillaires et/ou une réduction du front permettent également de donner des résultats très satisfaisants.


publié le : 16/03/2011 , mis à jour le 30/03/2011
pub

Restez informés !

Inscrivez-vous à notre newsletter:

Non, merci