Le stress nuit à la maternité

Dernière mise à jour: mars 2011 | 4293 visites
comp-stress-170.jpg

news Le stress réduit les probabilités de tomber enceinte, selon une étude américano-britannique conduite auprès de 300 femmes, âgées de 18 à 40 ans. Après l’alcool, le tabac, le surpoids (ou la maigreur), voici une nouvelle donnée dont devraient tenir compte toutes celles qui aspirent à devenir maman.

Pour optimiser ses chances, il faut donc rester zen durant sa période de fécondité ! C’est le message-clé de ces recherches, qui reposent sur des tests salivaires effectués auprès de femmes en bonne santé envisageant une grossesse. Ces analyses, réalisées par une équipe de l’unité d’épidémiologie périnatale de l’Université d’Oxford, visaient à déterminer les concentrations salivaires en alpha-amylase et en cortisol ; deux indicateurs de stress. Les résultats montrent que les femmes présentant un taux important d’alpha-amylase voient leurs chances de grossesse diminuées de 12%, par rapport à celles qui affichaient des niveaux normaux. Le cortisol, par contre, ne semble jouer aucun rôle. De fait, note le Dr Cecilia Pyper, il s’agit de la première étude qui établit un lien entre le stress et le déclenchement de la grossesse. Le conseil envoyé aux femmes consiste donc à prendre toutes les dispositions pour rester aussi détendues que possible durant cette phase critique. Rappelons que de précédentes études avaient montré que le stress – et c’est au tour du cortisol d’entrer en jeu ici - est un facteur de risque de fausse-couche durant le premier mois de grossesse.


publié le : 22/03/2011
pub

Restez informés !

Inscrivez-vous à notre newsletter:

Non, merci