Testez votre risque d'ostéoporose en fonction de votre poids et de votre âge

Dernière mise à jour: juillet 2012 | 14155 visites
vr-ouder-ost-170_01.jpg

news De nombreuses personnes ignorent qu'elles souffrent d'ostéoporose jusqu'au moment où leurs os sont devenus tellement fragiles qu'ils présentent un risque important de fracture suite à une chute banale ou à un mouvement mal effectué.

L’ostéoporose ou décalcification osseuse peut être traitée efficacement, à condition d'être dépistée précocement et suivie régulièrement.

Comment se déclare-t-elle ?

L’ostéoporose évolue silencieusement, lentement, jusqu’à ce que les os se soient considérablement fragilisés. Les fractures du poignet et de la hanche sont alors les plus fréquentes. En ce qui concerne les fractures des vertèbres, elles résultent la plupart du temps d'un faux mouvement ou du soulèvement d'un poids trop lourd. La fracture d'une vertèbre se traduit par une douleur aiguë sévère, qui évolue en douleur chronique. Si plusieurs vertèbres sont touchées, la colonne vertébrale se tasse, perd quelques centimètres et se voûte(cyphose). L'ostéoporose doit donc être prise en charge à temps et énergiquement.

Pourquoi les femmes sont-elles plus touchées que les hommes ?

L’ostéoporose survient plus fréquemment chez les femmes que chez les hommes en raison de la ménopause, avec une accélération de la perte osseuse essentiellement due au déficit en hormones féminines (oestrogènes), qui jouent un rôle essentiel dans le processus de fabrication osseuse. De plus, les femmes ont souvent un pic de densité osseuse assez bas et encourent davantage de risques de souffrir d’ostéoporose en vieillissant.

Les risques de développer une ostéoporose post-ménopausique varient - chez les femmes de plus de 50 ans - entre 15% et 30%. Chez les hommes, on considère qu’un sur cinq sera touché, mais à un âge bien plus avancé. Ceci étant, l'ostéoporose ne touche pas exclusivement les personnes âgées. La maladie peut faire son apparition à un âge assez jeune, en association avec certaines pathologies ou avec la prise de médicaments comme des corticostéroïdes.

La densitométrie osseuse


La densitométrie osseuse ou ostéodensitométrie est remboursée par la sécurité sociale belge lorsque certains critères stricts sont respectés.

Quels critères ? Premier point : un seul examen est remboursé par période de cinq ans. La densitométrie osseuse est remboursée pour les femmes de plus de 65 ans, dont un proche au 1er ou au 2e degré a souffert d'une fracture de la hanche. Elle peut également être remboursée à de jeunes patients présentant des éléments diagnostiques traduisant une fragilisation voire une décalcification osseuse. Elle est également remboursée à certaines catégories de patients sous corticoïdes, qui souffrent de polyarthrite rhumatoïde, de certains troubles hormonaux, d'une anorexie mentale (avec un IMC < 19) ou encore aux femmes ménopausées précocement (avant l'âge de 45 ans).

Pour obtenir toutes les précisions sur les modalités de remboursement, veuillez vous tourner vers votre mutualité, ou le centre pratiquant l'ostéodensitométrie.

Calculez vous-même votre risque de fracture osseuse

Comment ? A l'aide du test-FRAX, une sorte de calculateur mis au point par l'OMS (Organisation mondiale de la santé). Vous pourrez, via ce test, mesurer vos risques potentiels - dans les dix ans à venir - d'ostéoporose et de fracture. Votre score au test-FRAX sera établi sur base de onze facteurs de risque :

• l'âge,
• le sexe,
• la taille,
• le poids corporel,
• si vous fumez ou pas,
• si vous buvez beaucoup d'alcool (plus de trois verres par jour),
• si vous avez déjà eu des fractures osseuses,
• s'il y a des antécédents fracture de la hanche dans votre famille (mère ou père)
• si vous prenez des corticostéroïdes par voie orale,
• si vous souffrez d'arthrite rhumatoïde,
• en cas d'ostéoporose secondaire (par exemple en cas de diabète de type 1 ou chez les femmes qui ont été ménopausées avant l'âge de 45 ans).

Consultez le FRAX-software sur Internet en cliquant sur www.shef.ac.uk/FRAX. Vous aboutirez sans doute sur une page d'accueil en anglais. Si vous ne parlez pas cette langue, vous pourrez en sélectionner une autre. Le résultat est présenté sous la forme d'un pourcentage de risque.


publié le : 10/02/2011 , mis à jour le 12/07/2012
pub

Restez informés !

Inscrivez-vous à notre newsletter:

Non, merci