Crise climatique : des saisons de pollen plus longues et plus intenses

Dernière mise à jour: avril 2021
123-vr-zakd-pollen-allerg-hooikoorts-04-18.jpg

news Au printemps, les températures commencent à grimper et la saison pollinique est de retour. Selon une récente recherche, les saisons polliniques durent de plus en plus longtemps à cause des dérèglements climatiques et davantage de pollen reste en suspension dans l'air. Ceci est particulièrement néfaste pour les personnes souffrant de rhinite allergique saisonnière (dont le rhume des foins) et d'asthme.

Pour les personnes souffrant de rhinite allergique, l’arrivée du printemps annonce le début de la saison pollinique des arbres, qui libèrent leurs premiers pollens. En cas d’allergie, les symptômes caractéristiques sont des yeux larmoyants, un nez bouché ou qui coule, des éternuements et des quintes de toux. Environ un Belge sur dix serait concerné.

20 jours plus tôt

Une étude américaine (université de l'Utah) indique que les saisons polliniques se sont allongées de plus en plus au cours des 30 dernières années. Les chercheurs s'appuient sur des données recueillies entre 1990 et 2018 dans 60 stations de surveillance du pollen aux États-Unis et au Canada. L'analyse montre qu’en Amérique du Nord, la saison pollinique commence maintenant environ 20 jours plus tôt et qu’elle dure environ 10 jours de plus, alors que la concentration de pollen dans l’air a augmenté de 21% depuis 1990.

Hausse des températures

Les scientifiques insistent sur les effets de la crise climatique. Le réchauffement climatique aurait un impact sur l'horloge biologique des plantes, avec une production de pollen plus précoce et plus durable. La hausse des températures serait également en partie responsable des concentrations plus élevées de pollen dans l'air.

Et en Belgique ?

L'Amérique du Nord n’est certes pas la Belgique, mais selon les spécialistes américains, il est très probable que cette tendance se produise également ailleurs. Du reste, des études menées en Europe ont mis en évidence ce phénomène. Selon Sciensano, l'Institut national belge de santé publique, il existe de fortes indications confirmant que le réchauffement climatique influence la saison pollinique, en particulier en ce qui concerne les arbres. Dans les années à venir, Sciensano souhaite procéder à une analyse approfondie de la situation en Belgique, en collaboration avec l’Institut royal météorologique (IRM).

Ne pas sous-estimer l’impact

Les chercheurs américains soulignent qu'il ne faut certainement pas sous-estimer l'impact de ce phénomène. Car l’augmentation du taux de pollen accable les personnes allergiques, mais elle aggrave également l'asthme et elle fragilise tout un chacun face aux infections respiratoires. « C'est un exemple clair de la façon dont le changement climatique affecte déjà la santé de la population à l'heure actuelle », déclarent des experts américains, appelant à une action rapide contre la crise climatique.

☞ Consultez le site AirAllergy qui rapporte au jour le jour les concentrations polliniques en Belgique. Et si nécessaire, discutez des traitements possibles de vos symptômes avec votre médecin.

Voir aussi l'article : Quelles solutions contre l'allergie au pollen ?

Source: Andy Furniere - journaliste santé / PNAS (www.pnas.org)
Vous voulez recevoir nos articles dans votre boîte e-mail ?

Inscrivez-vous ici à notre newsletter.

vous pourrez vous désinscrire quand vous le souhaiterez
Nous traitons vos données personnelles conformément à la politique de confidentialité de Passion Santé SA.
volgopfacebook

volgopinstagram