Céréales raffinées : quel risque santé à partir de quelle quantité ?

Dernière mise à jour: mai 2021 | 2196 visites
123m-voeding-brood-8-1.jpg

news Pain blanc, pâtes (non complètes), pâtisseries, viennoiseries… : les céréales raffinées entrent dans la composition d’un grand nombre d’aliments consommés au quotidien par beaucoup d’entre nous. Pour la santé cardiovasculaire, il est utile d’en limiter les quantités et de leur substituer des céréales complètes.

On parle régulièrement des effets sur la santé des produits transformés à base de viande (rouge), en gros ce que nous propose le rayon charcuterie, et de l’importance d’en réduire au maximum les apports. On sait peut-être moins que les procédés qui modifient les céréales complètes pour les transformer en céréales raffinées leur font perdre des nutriments intéressants. Question : ces céréales raffinées présentent-elles pour autant un risque pour la santé ?

Une consommation élevée

C’est ce que tend à suggérer cette équipe canadienne (McMaster University) après une analyse de données de consommation alimentaire concernant quelque 140.000 personnes réparties dans une vingtaine de pays à travers le monde. Au terme d’un suivi moyen de dix ans, il s’avère que par rapport à une consommation faible (moins de 50 g par jour), le fait de consommer au moins 350 g par jour de céréales raffinées augmente sensiblement le risque de maladie cardiovasculaire (dont l'insuffisance cardiaque) et d’accident cardiovasculaire (infarctus du myocarde), ainsi que d’accident vasculaire cérébral (AVC). Le sur-risque varie entre 27% et 47%, ce qui est évidemment énorme.

Pain blanc, pâtes non complètes, pâtisseries, viennoiseries… : à l’exception du riz blanc (pour lequel aucun sur-risque cardio et cérébrovasculaire n’a été trouvé), tous ces aliments à base de céréales raffinées mettent-ils notre santé en danger ? D’abord, 350 g par jour, cela représente quoi ? A titre d’exemple, une grande tranche de pain blanc pèse environ 40 g (20 g pour la petite), une baguette ce sont quelque 250 g, le croissant c’est très variable (entre 40 et 70 g)… Pour un grand amateur de pain et de viennoiseries, si on considère les trois repas quotidiens principaux, ces 350 g ne sont pas si exceptionnels que cela. Pour les autres, c’est vraiment beaucoup.

D'autres nutriments à risque ?

Ensuite, qu’en est-il de ceux qui mangent des quantités intermédiaires (entre 50 et 350 g) ? Ici, l’étude ne met pas en évidence un risque cardiovasculaire particulier tant que la consommation reste raisonnable. Enfin, les céréales raffinées sont-elles les seules en cause dans le sur-risque évoqué par ces travaux ? On peut en douter, étant donné qu’ils n’ont pas tenu compte d’autres nutriments qui sont souvent ajoutés aux produits contenant des céréales raffinées, et on pense en particulier au sel, au sucre et aux graisses, dont on sait qu’en cas d’abus, les effets néfastes sur la santé cardiovasculaire sont indéniables. Et on soupçonne qu'une consommation (très) élevée de ces céréales raffinées peut intervenir au détriment de sources alimentaires plus saines, en particulier les légumes.

Le double message. Ces aliments doivent être consommés avec une certaines modération, et il faut autant que possible leur préférer ceux à base de céréales complètes, en particulier pour le pain et les pâtes.

Voir aussi l'article : Les céréales complètes, c'est tout bon pour le cœur

Vous voulez recevoir nos articles dans votre boîte e-mail ?

Inscrivez-vous ici à notre newsletter.

vous pourrez vous désinscrire quand vous le souhaiterez
Nous traitons vos données personnelles conformément à la politique de confidentialité de Passion Santé SA.