Exercice physique : un effet étonnant sur les bactéries intestinales

Dernière mise à jour: février 2019 | 7277 visites
123m-sport-lopen-jogging-9-1.jpg

news L’activité physique régulière agit favorablement sur la composition de la flore intestinale (microbiote), l'exercice s'accompagne de répercussions métaboliques très intéressantes.

Il s’agit d’une étude préliminaire, qui demande à être approfondie. Néanmoins, ces données initiales présentent un caractère positif. Une équipe finlandaise (université de Jyväskylä) a constitué un groupe de femmes en surpoids, sédentaires jusqu’alors. Elles ont entamé un programme de six semaines d’exercice physique d’endurance (vélo), à une intensité déterminée par leurs capacités cardiorespiratoires, sans modification de leurs habitudes alimentaires (afin de cerner l’effet spécifique de l’activité physique). La composition de leur flore intestinale (microbiote) a été analysée avant et après.

Les chercheurs mettent en évidence un double phénomène, qu’ils associent à l’activité physique.

• D’abord, une augmentation des « bonnes » bactéries de type Akkermansia. Or, des travaux ont montré que cette bactérie était associée à une meilleure santé métabolique, sachant notamment qu’une faible concentration d’Akkermansia augmente le risque de diabète de type 2 (DT2). Un effet positif sur le poids et sur la graisse est aussi suggéré.

• Ensuite, une réduction des « mauvaises » bactéries de type Proteobacteria. Certaines d’entre elles interviendraient dans les mécanismes du processus inflammatoire.

Aucun effet majeur sur la composition corporelle n’a été observé lors de ce suivi, ce qui pourrait s’expliquer par l’absence de changement dans les habitudes alimentaires. Les auteurs considèrent logiquement qu’une activité physique régulière de plus longue durée, avec une adaptation nutritionnelle, ne peut qu’être bénéfique pour le poids. Mais l’intérêt ici consistait surtout à démontrer l’influence de l’exercice sur le microbiote intestinal, dont on connaît de mieux en mieux l’influence sur l’ensemble de l’organisme.

Source: Frontiers in Microbiology (www.frontiersin.org/journal)
publié le : 15/02/2019 , mis à jour le 14/02/2019
pub

Restez informés !

Inscrivez-vous à notre newsletter:

Non, merci