Cirrhose : buvez-vous de l’alcool en dehors des repas ?

Dernière mise à jour: février 2019 | 12032 visites
123-p-m-alcohol-drinken-beer-170-3.jpg

news Le risque de cirrhose du foie serait bien plus élevé en cas de consommation quotidienne d’alcool, en particulier si celle-ci intervient en dehors des repas.

La cirrhose du foie est une maladie grave, potentiellement mortelle, qui résulte d’agressions répétées et qui se traduit par un dysfonctionnement hépatique extrêmement sévère. Avec les virus (hépatite virale), la consommation - excessive - d’alcool est identifiée comme l’une des causes majeures de cirrhose.

Une équipe britannique (université d’Oxford) s’est penchée sur l’association entre la cirrhose du foie et la consommation d’alcool pendant ou en dehors des repas. Les chercheurs ont analysé des données issues du suivi, durant une quinzaine d’années, de quelque 400.000 femmes ayant déclaré boire au moins un verre d’alcool par semaine. Durant la période considérée ici, 1600 ont développé une cirrhose du foie. Que constate-t-on ?

• Le risque augmente parallèlement à la quantité d’alcool consommée par semaine : le risque relatif est ainsi multiplié par quatre avec plus de 15 verres par semaine, par rapport à une consommation d’un ou deux verres.

• La moitié des femmes ont déclaré ne boire de l’alcool que pendant les repas : dans ce cas, le risque de cirrhose est réduit de 31% par rapport à celles qui consomment habituellement à d’autres moments.

• Près de la moitié des femmes ont indiqué boire au moins sept verres d’alcool par semaine : le risque de cirrhose est sensiblement plus élevé en cas de consommation quotidienne.

• Lorsqu’on recoupe les données, il s’avère que le fait de consommer de l’alcool tous les jours en dehors des repas double (x 2,5) le risque relatif de cirrhose.

Les auteurs commentent : « Dans une population de femmes d’âge moyen, l’incidence de la cirrhose est associée à la consommation totale d’alcool. Le risque est d’autant plus élevé qu’il s’agit d’une consommation quotidienne en dehors des repas ». Sur le fond, ceci s'applique aussi aux hommes.

Source: The Lancet (www.thelancet.com)
publié le : 18/02/2019 , mis à jour le 17/02/2019
pub

Restez informés !

Inscrivez-vous à notre newsletter:

Non, merci