ad

Facebook pour vivre plus longtemps ?

Dernière mise à jour: juin 2019 | 23596 visites
123-computer-psy-moe-10-12.jpg

news Le réseau social Facebook contribue-t-il à une meilleure espérance de vie ? Il semblerait qu’à certaines conditions, ce soit effectivement le cas. Mais, mais...

Cette équipe américaine (université de Californie) a analysé une quantité gigantesque de données, portant sur quelque 12 millions d’usagers de Facebook comparés à des non-utilisateurs. Tous les aspects de leur activité sur le réseau social ont été examinés : amis, photos, statuts, messages… Question : on sait que dans la « vie réelle », les interactions sociales jouent un rôle important en termes de bien-être physique et mental, et dès lors d’espérance de vie, mais qu’en est-il des relations virtuelles ?

Les chercheurs mettent en évidence plusieurs éléments.

• Plus on reçoit de demandes d’amitié, plus l’espérance de vie augmente : ce n’est pas le cas lorsqu’on initie l’invitation.

• Les comportements en ligne qui traduisent une vie sociale active en dehors de Facebook (comme poster des photos de groupe) sont associés à une réduction de la mortalité prématurée, mais ceci ne vaut pas – de manière aussi linéaire en tout cas – lorsque la personne manifeste essentiellement une activité en ligne (comme envoyer des messages).

• Le risque de mortalité précoce est le plus faible pour ceux et celles qui affichent un haut degré d’interactions sociales hors ligne et une intensité modérée en ligne.

• Facebook, comme sans doute les autres réseaux sociaux, présente un intérêt en termes de longévité pour autant qu’il complète une « vraie » et riche vie sociale, et a contrario, une association négative (toujours pour l’espérance de vie) est constatée en cas de « vraie » vie sociale pauvre, même si l’activité est importante sur le réseau social.

Les chercheurs insistent sur le fait qu’il s’agit d’associations, et pas de liens de cause à effet. D’autres paramètres peuvent entrer en ligne de compte (comme le statut socio-économique). Ceci étant, ajoutent-ils, leurs constatations pourraient constituer une étape importante dans la compréhension, à une échelle globale, de la manière dont les réseaux sociaux pourraient être adaptés afin d’améliorer la santé physique et mentale de la population.

Vous voulez recevoir nos articles dans votre boîte e-mail ?

Inscrivez-vous ici à notre newsletter.

vous pourrez vous désinscrire quand vous le souhaiterez
Nous traitons vos données personnelles conformément à la politique de confidentialité de Passion Santé SA.
ad
pub