Travail et sommeil : attention au cercle vicieux

Dernière mise à jour: juin 2016 | 9592 visites
123-werk-moe-stress-burn-5-301.jpg

news Des mauvaises conditions de travail influencent négativement la qualité du sommeil… avec alors des conséquences néfastes sur le fonctionnement professionnel.

Les paramètres qui entrent en ligne de compte, pour ce qui concerne le boulot, sont aussi identifiés comme des facteurs alimentant le burn out : faible autonomie, manque de contrôle, peu de soutien, forte pression hiérarchique, temps insuffisant pour les tâches à accomplir… Cette équipe suédoise (université de Stockholm) a enquête auprès de quelque 5.000 personnes employées dans une soixantaine d’entreprises de divers secteurs. Elles ont rempli un questionnaire portant sur leurs conditions de travail et sur la qualité de leur sommeil, et elles ont été suivies pendant deux ans.

Le résultat montre que par rapport aux exigences physiques, les contraintes psycho-professionnelles interviennent de manière bien plus déterminante dans la détérioration du sommeil (difficultés d’endormissement, réveils nocturnes, plages d’insomnie…), ce qui s’explique par le stress et l’anxiété engendrés par un environnement de travail peu gratifiant. Et le sommeil de mauvaise qualité va à son tour renforcer cette insatisfaction, et compliquer encore la vie professionnelle… avec des répercussions de plus en plus négatives sur le sommeil. Un cercle vicieux, en somme, sachant que si les troubles du sommeil posent déjà de (gros) problèmes en tant que tels, le burn out menace. Les auteurs indiquent que la prise en charge des problèmes de sommeil doit absolument tenir compte des facteurs psychosociaux associés à l’activité professionnelle, les uns et les autres pouvant être intimement liés.

Source: Sleep (www.journalsleep.org)
publié le : 10/06/2016 , mis à jour le 09/06/2016
pub

Restez informés !

Inscrivez-vous à notre newsletter:

Non, merci