Maigrir un peu, c'est déjà très bon pour la santé

Dernière mise à jour: avril 2016 | 9188 visites
123-weegsch-gewicht-dieet-4-181.jpg

news Les personnes en surpoids peuvent tirer un réel bénéfice d’un amaigrissement même modéré : perdre 5% du poids donne déjà un résultat (très) satisfaisant.

Les recommandations font état d’une perte de 5 à 10% chez les personnes obèses pour qu’un premier « objectif santé » soit atteint. Ce que constate cette équipe américaine (université Washington de Saint-Louis), c’est que la « perte plancher » (5%) agit très favorablement sur le risque de diabète et de maladie cardiovasculaire, tout en améliorant la fonction hépatique (foie).

L’étude a consisté à suivre plusieurs groupes de personnes en (fort) excès de poids, selon qu’elles n’ont pas maigri, ou qu’elles ont perdu 5%, 10% ou 15% de leur poids. Des analyses ont permis de constater qu’à partir de 5%, l’insuline est mieux absorbée par les cellules (avec alors un meilleur contrôle de la glycémie, le taux de sucre dans le sang), que la masse adipeuse (graisse) totale diminue, tout comme la graisse hépatique. L’effet est plus important sur l’insuline (et sa réceptivité par les muscles) quand on perd 10 ou 15%, mais la différence est relativement faible, par rapport à 5%, s’agissant du foie et de la masse grasse totale.

« Continuer à perdre du poids est une bonne chose, sachant que tous les organes ne répondent pas de la même manière », commente l’un des chercheurs, cité par Le Généraliste. « Alors que les tissus musculaires réagissent davantage à une plus grande perte de poids, les bienfaits sont majeurs pour le foie et les tissus adipeux dès une réduction de 5% ». Ce qui signifie que « perdre 5% est évidemment plus facile que 10 ou 15%, et les personnes en surpoids devraient se concentrer sur cet objectif », l’atteindre puis se stabiliser, avant d'entreprendre d’aller plus loin.

Source: Cell Metabolism (www.cell.com/cell-metabolis)
publié le : 29/04/2016 , mis à jour le 28/04/2016
pub

Restez informés !

Inscrivez-vous à notre newsletter:

Non, merci