Travail : entourées d'hommes, les femmes stressent

Dernière mise à jour: décembre 2015 | 4935 visites
stress-werk-burnout-8-17.jpg

news Les femmes qui travaillent dans un environnement très masculin accusent des pics importants de stress, avec des menaces sérieuses pour leur santé.

Pression, harcèlement, dénigrement, mise à l’épreuve, contestation de l’autorité, difficulté à faire entendre sa voix, écarts de salaire… : les femmes évoluant dans des entreprises où les hommes sont fortement majoritaires sont confrontées à des attitudes et à des comportements qui influencent (très) négativement leur degré de stress. Les hommes subissent aussi ce genre de situation, mais pas avec la même ampleur que leurs collègues féminines.

Des chercheurs de l’université de l’Indiana ont relevé les fluctuations du taux de cortisol (« l’hormone du stress ») chez plusieurs centaines de femmes travaillant soit dans une entreprise où les collègues masculins étaient largement plus nombreux, soit où la proportion hommes – femmes était relativement équilibrée.

Un stress à la fois aigu et chronique


Dans une proportion importante de cas, il s’avère que dans un environnement essentiellement masculin, les marqueurs du stress atteignent des pics particulièrement néfastes chez les femmes, surtout si elles occupent une fonction que les hommes – que l’on qualifiera alors de misogynes, sexistes… – estiment leur revenir « de droit ». Ce ne sont pas tant les postes à responsabilité élevée qui sont les plus exposés, mais plutôt les statuts intermédiaires dans la hiérarchie. Ce stress revêt un double caractère : à la fois aigu (une succession de pics pendant la journée) et chronique (jour après jour, semaine après semaine…), sans même parler de celui lié à la vie privée, notamment familiale.

Les chercheurs estiment que cela expose ces femmes à des risques sérieux pour la santé, tant sur le plan psychologique (anxiété, insomnie, dépression, burn out…) que physique (les effets du stress sur l’organisme peuvent être à l’origine de gros problèmes). C’est un constat. Quant aux perspectives, cette étude recommande – une fois encore ! – de reconsidérer en profondeur les conditions de travail des femmes, encore plus fragilisées dans les environnements très masculins. Mais combien de fois cela n’a-t-il pas été dit…

Source: American Sociological Association (www.asanet.org)
publié le : 22/12/2015 , mis à jour le 21/12/2015
pub

Restez informés !

Inscrivez-vous à notre newsletter:

Non, merci