Les enfants et leurs loisirs

Dernière mise à jour: août 2015
Dans cet article
Les enfants et leurs loisirs

dossier Votre fille était emballée par la danse classique, votre fils ne jurait que par le football. Et puis du jour au lendemain, ils n'en veulent plus. Que se passe-t-il et comment réagir ?

Les protestations. Elle bougonne, verse quelques larmes, il rechigne. Comment se fait-il qu'ils rejettent soudainement ce qui les passionnait ? Comment les motiver pour qu'ils poursuivent cette activité dans laquelle ils se sont tant investi ?

Le plaisir avant tout

123-p-kind-moe-school-170-2.jpg
Chez l'enfant comme chez l'adulte, le loisir doit d'abord procurer du plaisir, de la détente, du bien-être, et non devenir une contrainte. La réticence occasionnelle à participer à cette activité n'est évidemment pas un souci : c'est un « jour sans » qui ne prête pas à conséquence.

Par contre, si l'enfant proteste systématiquement ou traîne manifestement les pieds, il convient de se poser des questions. En voici deux importantes.

L’activité plaît-elle réellement à l’enfant ? N'a-t-il pas commencé à la pratiquer sous la pression, pour vous faire plaisir, mais à présent il sature ?
Est-il suffisamment apte pour s'y épanouir ? S'inscrire dans un club de foot, participer aux entraînements, mais rester sur le banc lors des matchs est décourageant, et malheureusement bon nombre d'entraîneurs de jeunes ne tiennent pas compte de cette déception pour l'enfant.

Fondamentalement, les loisirs de votre enfant doivent répondre à ses envies et non aux désirs de ses parents, qui agissent parfois par procuration. Cela n'empêche évidemment pas de le guider dans ses choix, mais il faut surtout que ce soit lui qui décide.

D'autres circonstances sont plus ponctuelles. Ainsi, votre enfant rencontre-t-il des problèmes à l’école ? Le responsable de l'activité a-t-il changé ? Un camarade avec qui il s'entendait particulièrement bien a-t-il quitté le groupe ? Ou au contraire des tensions l'opposent-il à un autre enfant ?

Parlez-en, demandez-lui d'essayer encore, de faire preuve de patience, en lui assurant qu'au bout du compte, dans quelques semaines, la décision finale lui reviendra non par caprice mais après avoir réfléchi.

Soutenir sa motivation

123-kind-ballet-hobby-170_11.jpg
Il est important que les parents montrent de l'intérêt pour l'activité pratiquée par l'enfant. Cela renforcera sa motivation et l'aidera à surmonter les moments plus difficiles.

• Assistez aux entraînements, aux matchs, aux spectacles...
• Après l'activité, échangez sur les aspects positifs et ceux qui ont été moins agréables.
• Lors d'un coup de démotivation, expliquez-lui que tous les grands sportifs et tous les artistes renommés sont passés par là, et que les efforts portent finalement leurs fruits et qu'il n'en sera que plus fier.
Exprimez-lui votre confiance dans ses capacités et dans sa ténacité.
• Et le mot d'ordre : ce qui compte, c'est de participer et de prendre du plaisir. Dans ce contexte, une maladresse ne doit certainement pas tout gâcher.

Changer d'activité ?

Si cela ne va vraiment plus, laissez l’enfant choisir une autre activité. Insistez néanmoins sur le fait qu'il n'est pas question d'en changer à nouveau dans trois mois. Votre enfant peut décider, mais cela signifie aussi s'engager dans la durée.

Un autre point important consiste à s'interroger sur le temps libre dont dispose l'enfant. Car la participation à une activité de loisir ne revient pas forcément à se détendre : en fait-il trop entre l'école, les devoirs et ces activités, ce qui finit inévitablement par le lasser ?

Vous voulez recevoir nos articles dans votre boîte e-mail ?

Inscrivez-vous ici à notre newsletter.

vous pourrez vous désinscrire quand vous le souhaiterez
Nous traitons vos données personnelles conformément à la politique de confidentialité de Passion Santé SA.