ad

Arrêter la tétine : pas facile mais important

Dernière mise à jour: août 2015 | 2162 visites
123-baby-kind-fopspeen-170-2.jpg

news Le bébé a besoin de téter, non seulement pour se nourrir (sein de maman ou biberon), mais aussi parce que cela le réconforte, le rassure, le détend. Le pouce et la tétine jouent ce rôle. Mais après un certain âge, cela ne va pas sans risques.

Sur un plan physique, la tétine peut compromettre le bon développement de la mâchoire, causer une déformation du palais, gêner la mise en place de la dentition (les dents de lait sont de vraies dents, que l'on ne doit en aucun cas négliger !) et engendrer des troubles de la prononciation.

Psychologiquement, si la tétine lui est proposée dès qu'il la demande, l'enfant va l'assimiler à sa principale source d'apaisement, et il risque de se replier sur lui-même. Avec une tétine en bouche à longueur de journée, difficile de communiquer, de s'exprimer... Et il aura aussi un peu l'impression de ne pas grandir, ce qui ne le gêne d'ailleurs pas trop : il reste un bébé, avec tous les égards que cela suppose.

• Un autre élément porte sur l'hygiène : le tétine qui traîne ici et là devient vite un foyer de microbes.

Il est donc important de déshabituer progressivement l'enfant, idéalement avant qu'il ait atteint ses 3 ans. Inutile de le brusquer, cela n'aide en rien, mais il faut néanmoins se montrer ferme. L'une des questions à se poser, c'est de savoir quand l'enfant peut le plus facilement s'en passer, ou a contrario, quand cela lui est le plus difficile.

Ainsi, le priver d'emblée de tétine alors qu'elle est importante pour qu'il s'endorme n'a pas de sens : cette étape viendra plus tard. Par contre, si l'on se rend compte qu'il n'en ressent pas le besoin quand il joue avec d'autres enfants, on commencera par l'en priver dans ces circonstances, même s'il lui arrive de temps en temps de la demander.

Voir aussi l'article : La tétine, une vraie cata !


publié le : 06/03/2015 , mis à jour le 06/08/2015
ad
pub

Restez informés !

Inscrivez-vous à notre newsletter:

Non, merci