Les deux premiers enfants, un pic de bonheur pour les parents

Dernière mise à jour: mai 2015 | 3821 visites
standaard-kind-koffer-auto-vak__.jpg

news Les naissances du premier et du deuxième enfant marquent une période de grand bonheur dans le couple. A partir du troisième, ce serait (beaucoup) moins le cas.

Les chercheurs (London School of Economics) insistent d’emblée sur le fait que « d'abord, il s'agit d'une observation générale, avec des situations individuelles qui peuvent être très différentes, et ensuite, cela ne signifie absolument pas que ce troisième enfant est moins aimé que ses aînés », mais « le bonheur lié à son arrivée est moins fort que pour les précédents, sans doute parce que l’expérience parentale n’est plus nouvelle et s’avère dès lors moins intense ». Sachant par ailleurs que « ce troisième enfant peut aussi mettre une pression supplémentaire sur les ressources familiales ».

Un accomplissement dans la vie de couple


Cette constatation est le fruit de l’analyse des résultats de plusieurs études réalisées en Allemagne et en Grande-Bretagne. Pour une large majorité des parents, l’année avant et les deux ou trois ans après la naissance du premier enfant constituent une période particulièrement heureuse, la naissance du second aussi (mais un peu moins que le premier), alors que c’est nettement moins le cas pour le troisième.

A nouveau, cela ne veut pas dire que les parents sont malheureux, ou qu’ils ne sont pas contents, ou qu’ils regrettent, ou qu’ils sont déçus…, mais le « pic de bonheur » n’est pas aussi marqué. « La venue au monde du premier bébé marque un accomplissement dans la vie du couple », poursuivent les auteurs. « Cette naissance donne un nouveau sens à l’existence, elle est ressentie comme un tournant majeur et s’accompagne donc d’émotions extrêmement intenses. Ceci vaut encore pour le second enfant, mais plus autant pour le troisième, en tout cas dans la perspective qui nous occupe ici. »

On ajoutera que dans cette étude, cette période de grand bonheur liée au premier enfant semble durer plus longtemps (on parle donc de durée et pas d’intensité) lorsque la maman a accouché à un âge relativement avancé (au-delà de 35 ans).

Source: Demography (http://link.springer.com/jo)
publié le : 06/05/2015 , mis à jour le 05/05/2015
pub

Restez informés !

Inscrivez-vous à notre newsletter:

Non, merci