Parler avec un accent : des préjugés dès le plus jeune âge

Dernière mise à jour: juin 2014 | 4364 visites
kinderen-spelen-groep-blij-170_560_04.jpg

news Les enfants créent plus volontiers des liens avec des camarades qui parlent leur langue sans accent.

Des études précédentes avaient mis en évidence cette caractéristique chez les enfants monolingues : ils préfèrent la compagnie de jeunes avec lesquels ils partagent la même langue maternelle et le même accent. Mais qu’en est-il des bilingues ? A priori, on pourrait penser qu’ils se montrent, disons, plus ouverts. Cette étude réalisée à l’université Concordia (Montréal) indique que ce n’est pas vraiment le cas.

Des psychologues ont réuni un groupe d’enfants bilingues (anglais-français) âgés de 5 ou 6 ans. L’expérience a consisté à afficher des visages d’enfants sur un écran d’ordinateur, en les associant à des extraits audio. Les phrases étaient diffusées soit avec l’accent de la langue maternelle des participants, soit dans la langue maternelle mais avec un accent étranger. Elément important : cet accent était totalement inconnu des enfants. Les associations entre les visages et les voix ont été alternées. Les mômes devaient désigner le visage des enfants avec lesquels ils aimeraient devenir copains. Résultat : la plupart ont choisi comme camarade de jeu potentiel un enfant s’exprimant avec le même accent qu’eux.

Les chercheurs expliquent cela par le fait que « les enfants préfèrent interagir dans un environnement et avec des personnes qui leur sont aussi familières que possible. Cela les rassure. Un accent différent les met mal à l’aise, et en tout cas, lorsqu’ils ont le choix, ils vont se tourner vers ce qui leur paraît le plus en adéquation avec leur propre univers ». Et le bilinguisme ne change pas grand-chose. D’une manière plus générale, les auteurs ajoutent : « Les préjugés naissent tôt dans la vie. Les parents ont un rôle important à jouer pour convaincre l’enfant que l’accent présente un caractère superficiel. Il ne révèle rien sur une personne, si ce n’est qu’elle ne partage pas la même langue maternelle ».

Source: Frontiers in Psychology (www.frontiersin.org/Psychol)
publié le : 25/06/2014 , mis à jour le 24/06/2014
pub

Restez informés !

Inscrivez-vous à notre newsletter:

Non, merci