ad

Couperose : quelles solutions ?

Dernière mise à jour: août 2015 | 13690 visites
Dans cet article
Couperose : quelles solutions ?

dossier La couperose est caractérisée par une coloration rougeâtre de la peau du visage, qu'il s'agisse des joues ou du nez, et dans une moindre mesure du front ou du menton. Ces manifestations bénignes, sans conséquences pour la santé, peuvent néanmoins avoir des répercussions psychologiques sérieuses en raison de leur aspect inesthétique.

Quelles en sont les causes, comment s'en protéger et la traiter ?

Que se passe-t-il ?

123-afb-couperose-huid-170_01.jpg
La couperose résulte de la dilatation des petits vaisseaux sanguins situés sous la peau, qui deviennent alors apparents. Plus ce phénomène (appelé télangiectasie) est prononcé, plus la coloration de la peau est intense et étendue. On observe des plaques, des étoiles ou des lignes.

Les mécanismes à l'origine de la couperose ne sont pas connus avec précision. Elle peut apparaître à la suite d'une rosacée (couperose et rosacée sont d'ailleurs souvent assimilées), tout comme se développer spontanément, sans être précédée de signes inflammatoires. Le facteur héréditaire est probable.

Elle survient généralement vers l’âge de 20 ans pour atteindre son apogée vers 45 ans, touche aussi bien les hommes que les femmes et surtout les personnes à la peau claire. On estime que la couperose concerne, à des degrés très divers, environ 10% de la population.

Des facteurs de risque sont identifiés : le passage brusque du froid au chaud, le tabac, les épices, l’alcool et le stress peuvent provoquer une dilatation des vaisseaux sanguins du visage. Attention cependant : contrairement à une idée reçue, couperose ne signifie pas consommation excessive d'alcool !

Quant à la prise en charge, il n'existe pas de médicament contre la couperose. Des soins cosmétiques permettent un camouflage, alors que seul le traitement au laser peut en venir à bout.

La prévention

vr-in-de-zon-170_400_06.jpg

Les grands écarts de température


Il s'agit d'un facteur déclenchant ou aggravant majeur, tout comme les sources de chaleur : bain de soleil, banc solaire, feu de bois, barbecue, vapeur d’eau (en cuisinant, en repassant)... L'exposition aux ultraviolets, même derrière une vitre, est à risque. Les sauna, hammam ou jacuzzi sont fortement déconseillés.

L'alimentation


On parle ici de ces aliments et de ces boissons connus pour provoquer une sensation de chaleur au visage : l’alcool et les plats épicés, mais aussi le café, le thé ou la soupe, qu'il est recommandé de laisser refroidir un peu (tout comme la nourriture de manière générale, d'ailleurs).

Les médicaments


Comme cela a été mentionné précédemment, il n'existe pas de traitement médicamenteux contre la couperose. Les crèmes n'ont que peu ou pas d'effet, mais peuvent parfois aider lorsqu’elles agissent sur la micro-circulation. La cortisone peut déclencher ou aggraver une couperose.

Les cosmétiques


Il est important de n'utiliser que des produits au pH neutre, non irritants, hypoallergéniques, non abrasifs, sans présence d'acide acétylsalicylique, de menthol ou d'eucalyptus.

Les crèmes contre les rougeurs ont un effet apaisant, anti-irritant et protecteur.

Le rasage


Dans ce contexte, le rasoir électrique est préférable à la lame, alors que les produits d'après-rasage ne doivent pas contenir d'alcool.

L'effet fraîcheur


La vaporisation d'eau ou l'application de compresses humides peut apaiser. Une astuce : lorsqu'on sent que le visage commence à rougir, le fait de sucer un glaçon apporte un soulagement temporaire.

Le traitement au laser

123-p-vr-gezicht-spiegel-170-7.jpg
Le laser détruit les capillaires sanguins à l'origine de la couperose sans endommager la peau environnante. Dans un second temps, il traite l’aspect rougeâtre inesthétique. Le nombre de séances (espacées de quatre à six semaines) est fonction de la localisation et de l'entendue de la couperose. L'intérêt de la lumière intense pulsée (ou lampe flash) est évoqué.

Si le laser intervient pour une couperose existante, il n'agit pas préventivement et ne peut pas empêcher la formation de nouveaux capillaires sanguins dilatés.

Il faut également savoir que cette intervention n'est pas en mesure de traiter l'inflammation résultant de la rosacée (des médicaments sont nécessaires).

Enfin, durant les semaines qui précèdent et qui suivent le traitement, il est important de protéger son visage contre les ultraviolets (pas d'exposition directe au soleil, pas de banc solaire, application d'une protection à indice élevé...). Les dermatologues conseillent d'ailleurs de ne pas se faire traiter pendant les mois d'été.

Et après ?


• Durant quelques jours, la peau est sujette à des picotements et à des tiraillements. Un léger oedème peut apparaître, sachant qu'il disparaît spontanément endéans les vingt-quatre heures.

• L'application de compresses imbibées d'eau froide soulage ces désagréments. Un anti-inflammatoire peut être prescrit.

• Si des fines croûtes apparaissent, il n'y a aucune raison de s'inquiéter, c'est tout à fait normal. Il ne faut surtout pas les gratter. Elles seront désinfectées avec un antiseptique local.

• Les premiers jours, il convient de ne pas se rendre au sauna ou au hammam.


publié le : 19/02/2015 , mis à jour le 08/08/2015
ad
pub