Chômage : le corps vieillit plus vite

Dernière mise à jour: mars 2014 | 4717 visites
123-p-tek-dna-chromo-170-3.jpg

news Les personnes au chômage présentent des caractéristiques génétiques qui indiquent un vieillissement cellulaire accéléré.

C’est une observation très étonnante qui a été posée par une équipe britannique (Imperial College London) et finlandaise (université d’Oulu). Les chercheurs ont procédé sur un groupe de quelque six mille hommes et femmes, nés en 1966. Ils ont mesuré leurs télomères, une sorte de capuchon d’ADN situé aux extrémités des chromosomes. Ces télomères raccourcissent au cours de l’existence et leur longueur est considérée comme un marqueur important du vieillissement biologique, sachant que des télomères courts sont associés au risque de décès prématuré, de diabète de type 2 ou de maladie cardiaque.

Le parcours social et personnel des participants a été évalué et l’analyse montre que les hommes au chômage depuis plus de deux ans (sur les trois années qui ont précédé les tests) sont deux fois plus susceptibles de présenter des télomères (trop) courts par rapport à ceux qui ont un travail. Et plus le non-emploi intervient à un âge jeune, plus le raccourcissement des télomères s’accélère.

Le chômage de longue durée fait donc partie des événements susceptibles d’entraîner un vieillissement prématuré (ce stress agit au plus profond de nos cellules), et ceci pose évidemment de très lourdes questions, en particulier concernant le chômage des jeunes. Il est à noter que ce phénomène n’a pas été constaté de manière aussi nette chez les femmes, mais les auteurs indiquent que cela peut être lié à un biais méthodologique. Ils poursuivent d’ailleurs leurs travaux pour approfondir cet aspect.

Source: PLoS One (www.plosone.org)
publié le : 11/03/2014 , mis à jour le 10/03/2014
pub

Restez informés !

Inscrivez-vous à notre newsletter:

Non, merci