Epiphanie : la tradition de la galette des rois

Dernière mise à jour: novembre 2016 | 2627 visites
taart-3koning-170_400.jpg

news Qui dit épiphanie, dit galette des rois. Mais d'où vient cette tradition ? Et attention à ne pas avaler la fève : cet accident est plus fréquent qu'on le pense.

A l'époque romaine, les Saturnales célébraient le dieu Saturne durant la période proche du solstice d'hiver. Durant ces grandes réjouissances populaires, les amis et les proches s'offraient des gâteaux. Bien plus tard, sous l’Ancien Régime, cette tradition de partage de douceurs coïncidait avec le versement de la redevance annuelle au seigneur et fut surnommée "le gâteau des rois".

Quant à l'Epiphanie (qui signifie "apparition"), la date du 6 janvier fut fixée en 1801. Elle commémore la visite des rois mages (Melchior, Gaspard et Balthazar) à l'enfant Jésus, couvert de myrrhe, d’encens et d’or. Et chaque 6 janvier, jour des Rois, on mange la galette et on honore celui qui trouve la fève (anciennement un haricot séché) en plastique ou en faïence.

Prudence avec la fève


En Belgique, la galette des rois se compose de pâte feuilletée fourrée de frangipane avec parfois un petit coulis d'abricot, histoire de rendre le gâteau moins sec. En France, les recettes varient selon les régions : il peut s’agir d’un gâteau feuilleté, d’un gâteau brioché ou encore d'une brioche fourrée aux fruits secs.

Une légende raconte que la fève fait référence à la bague oubliée par Peau d'Ane dans un gâteau destiné au prince. En fait, son utilisation remonte certainement au 13ème siècle. Et attention à ne pas l'avaler, ceci pourrait causer un sérieux accident (une fausse-route, en particulier). Mâchez donc lentement votre part de galette et vive le roi... ou la reine !

Source: B. Simon
publié le : 06/01/2014 , mis à jour le 23/11/2016
pub

Restez informés !

Inscrivez-vous à notre newsletter:

Non, merci