ad

La forme de la table vous fait quel effet ?

Dernière mise à jour: septembre 2013 | 3726 visites
123-p-vr-vrienden-eten-170-9.jpg

news Pour stimuler la convivialité, une table ronde est préférable à une forme rectangulaire. Cette observation ne manque pas d’intérêt dans l’approche du comportement des consommateurs.

L’expérience a été réalisée par des chercheurs canadiens (universités de l’Alberta et de la Colombie-Britannique). Des volontaires ont été recrutés. Ils ne se connaissaient pas auparavant. On les a installés autour de tables rondes, ovales, rectangulaires ou carrées. Une série de spots publicitaires ont été diffusés, avec observation des comportements pendant les séquences et évaluation ensuite de leur impact.

Le résultat indique que les personnes assises à une table ronde ou ovale sont plus réceptives aux pubs véhiculant des valeurs de groupe (famille, amis…), alors que les convives placés à une table carrée ou rectangulaire sont plus sensibles aux messages « individualistes ».

Un signal environnemental


Comme l’explique l’un des spécialistes, « la disposition des sièges peut amorcer l’un de ces deux besoins fondamentaux : la nécessité d’appartenir à un groupe ou le besoin d’être unique. Ces arrangements géométriques ont une influence dans un large éventail de lieux publics, qu’il s’agisse d’un restaurant, d’un hall d’hôtel, de la salle d’attente d’une gare, d’un aéroport... Ce signal environnemental subtil peut intervenir dans la réponse des consommateurs ».

Chacun s’étant trouvé déjà dans ces situations, il suffit de s’en souvenir pour savoir comment on a réagi, et vérifier ainsi la pertinence de ce qu’avancent ces psychologues. Le fait que les personnes présentes se connaissent - et s'apprécient... - ou non a évidemment toute son importance : rappelons que lors de cette expérience, les participants se croisaient pour la première fois.

Source: Journal of Consumer Research (www.ejcr.org)
publié le : 09/09/2013 , mis à jour le 08/09/2013
ad
pub

Restez informés !

Inscrivez-vous à notre newsletter:

Non, merci