ad

Tetris au secours de l’œil paresseux

Dernière mise à jour: juillet 2013 | 5898 visites
123-p-tetris-spel-170-7.jpg

news Des chercheurs canadiens ont réussi à corriger l’amblyopie chez des adultes en les faisant jouer à Tetris. Mais pas n’importe comment.

L’amblyopie se définit par la perte de vision d’un œil, supprimé en quelque sorte par le cerveau pour ne faire travailler que l’œil le plus performant. Le recours majeur chez l’enfant consiste à masquer cet œil fort (par occlusion) pour solliciter l’œil paresseux. Mais cette approche ne fonctionne pas chez l’adulte. Une équipe de l’université McGill (Montréal) vient de mettre au point une technique originale et aux résultats très prometteurs.

L’idée ne consistait pas à forcer l’œil faible, mais à instaurer une collaboration entre les deux yeux. Une vingtaine de personnes souffrant d’amblyopie ont été invitées à jouer à Tetris, où il faut assembler des blocs de différentes formes au fur et à mesure qu’ils tombent. Habituellement, cela se joue sur un écran d’ordinateur ou de console ; ici, cela s’est déroulé avec un visiocasque.

La capacité d'adaptation du cerveau


La moitié des participants a joué en utilisant l’œil paresseux (l’autre était couvert : présentation monoculaire) ; les autres en se servant des deux yeux, l’un ne visualisant que les blocs qui tombent, l’autre n’apercevant que le sol (présentation dichoptique). Après deux semaines d’exercices, le résultat a montré une amélioration spectaculaire dans le groupe dichoptique, alors qu’elle a été très modérée dans l’autre (qui a bénéficié par la suite de cette nouvelle technique, avec les mêmes bienfaits).

Cet effet très positif s’explique par le réapprentissage spécifique imposé au cerveau, ce qui confirme son impressionnante plasticité, sa capacité de reconfiguration. Des essais cliniques sur une plus large échelle, et en intégrant des enfants, vont démarrer prochainement.

Source: Current Biology (www.cell.com/current-biolog)
publié le : 24/07/2013 , mis à jour le 22/07/2013
ad
pub