ad

La césarienne fait-elle des enfants obèses ?

Dernière mise à jour: septembre 2012 | 3364 visites
123-op-sectio-zw-w-pasgeb-170_08.jpg

news Les enfants nés par césarienne sont deux fois plus nombreux à développer une obésité. Le lien statistique semble clair. L’explication, par contre…

Les chiffres, d’abord, avancés au terme d’une étude conduite par une équipe du Boston Children’s Hospital (hôpital des enfants de Boston). Un millier de mamans ont été suivies durant trois ans après l’accouchement, avec évaluation, à ce terme, de l’IMC (indice de masse corporelle) de l’enfant. Résultat (publié dans la revue « Childhood ») : après neutralisation d’une série de facteurs de risque de surpoids, il s’avère que 16% des mômes nés par césarienne étaient obèses, contre 7% des enfants nés par voie naturelle.

On observera qu’une étude réalisée en 2011, au Brésil, avait abouti à des conclusions similaires, pour une population de jeunes adultes cette fois (une vingtaine d’années), avec des proportions de 15% d’obèses dans le groupe « césarienne », contre 10% dans l’autre.

Pourquoi cette différence ? Concernant les éléments biologiques, les spécialistes, en l’occurrence américains ou brésiliens, considèrent que les bébés qui naissent par césarienne ne sont pas exposés à des bactéries bénéfiques logeant dans le canal vaginal, ce qui pourrait perturber leur métabolisme, en particulier le développement de la flore intestinale. Ceci étant, il est connu que les mamans obèses sont plus susceptibles d’accoucher par césarienne ; sachant que l’obésité maternelle constitue un facteur de risque d’obésité infantile.
En tout état de cause, considérant l’augmentation sensible de la proportion de césariennes comme méthode d’accouchement, et l’explosion des cas d’obésité, cette association mérite certainement d’être considérée avec une grande attention, avec en particulier un suivi rapproché du statut pondéral des enfants nés par césarienne.


publié le : 12/09/2012 , mis à jour le 10/09/2012
ad
pub

Restez informés !

Inscrivez-vous à notre newsletter:

Non, merci