Faux départs : les sprinteuses favorisées !

Dernière mise à jour: août 2012 | 4412 visites
sport-atlet-start-170_400_12.jpg

news Des spécialistes américains considèrent que les starting-blocks devraient être paramétrés différemment, selon que les athlètes soient des hommes ou des femmes.

En fait, observent-ils, les capteurs placés dans les starting-blocks, et destinés à réagir en cas de faux départ, sont réglés en fonction de la puissance musculaire des athlètes masculins. Ainsi que l’explique Eos Sciences, « le système de contrôle censé déterminer un faux départ enregistre la force exercée par le sprinteur sur le starting-block. Après le coup de feu, un sprinteur exerce une impulsion explosive, ce qui fait augmenter la puissance mesurée. Les scientifiques ont constaté qu’une force de 25 kgF – kilogramme-force – correspond au moment effectif du départ. Quiconque exerce une force égale à cette valeur plus rapidement qu’un dixième de seconde – 100 millisecondes - après le signal de départ se voit infliger un faux départ ».

Un faux départ plus que probable

Or, il apparaît que ces paramètres favorisent clairement les femmes, car il leur faut un peu plus de temps pour produire cette valeur de référence. Après avoir analysé le temps de réaction de plus de 400 sprinteurs et sprinteuses présents aux Jeux olympiques de Pékin, les chercheurs (qui publient leur étude dans la revue « PLoS One ») ont constaté que l’homme le plus rapide au démarrage (hors faux départ) réagissait après 109 millisecondes, contre 121 millisecondes pour la femme la plus « explosive ».

En d’autres termes, en raison d’une masse musculaire plus importante (et cela n’a donc rien à voir avec la capacité de réaction « cérébrale »), l’athlète masculin atteint beaucoup plus rapidement les 25 kgF.

Pour résumer : sur base des paramètres actuels, une sprinteuse qui réagit en-dessous des 121 millisecondes provoque plus que probablement un faux départ, mais celui-ci n’est pas enregistré comme tel. Conclusion des chercheurs : « Il serait plus honnête de fixer des seuils différents pour les hommes et les femmes, et d’établir celui des sprinteuses à 19,4 KgF ».


publié le : 21/12/2011 , mis à jour le 04/08/2012
pub

Restez informés !

Inscrivez-vous à notre newsletter:

Non, merci