Quels aliments consommer pour vieillir en bonne santé selon une étude ?

Getty_verouderen_vrouw_glamour_2023.jpg

news Une nouvelle étude montre que les femmes qui consomment davantage de protéines à partir de 40 ans développent moins de maladies chroniques et sont susceptibles de vieillir en meilleure santé. Mais attention, il ne s’agit pas de n’importe quelles protéines ! Quelles sont celles à privilégier ? Quelles sont celles à diminuer ?

La santé et l’alimentation de plus de 48.000 femmes sous la loupe

Les chercheurs de l'Université Tufts (États-Unis) ont analysé les résultats d’une vaste enquête menée à Harvard sur la santé et les habitudes alimentaires de plus de 48.000 infirmières. Ces dernières étaient âgées entre 38 et 59 ans en 1984 et considérées en bonne santé. Leurs données ont été collectées jusqu’en 2016. 

L’équipe de chercheurs, sous l’égide de Andres Ardisson Korat, a tenté de comprendre quel était le régime alimentaire des infirmière qui avaient le mieux vieilli. Ils ont considéré le « vieillissement en bonne santé » comme le fait d'avoir une bonne santé mentale, de ne pas avoir de problèmes cognitifs (mémoire) ou physiques et de ne pas souffrir de l’une des 11 maladies chroniques les plus courantes : diabète de type 2, maladie de Parkinson, insuffisance rénale, crise cardiaque, AVC, insuffisance cardiaque et d'autres affections communes du cœur et des vaisseaux sanguins.

Voir aussi l'article : Démence chez les plus de 60 ans : la sédentarité augmente les risques

Que manger à partir de 40 ans ?

L’étude a montré que les femmes qui consommaient davantage de protéines d'origine végétale au cours de la quarantaine avaient 46 % de chances en plus d'être en bonne santé à un âge avancé.

Les chercheurs ont observé moins de maladies chroniques, de maladies cardiaques, de cancers, de diabètes et de déclin cognitif chez les infirmières qui mangeaient plus de protéines provenant d'aliments tels que les fruits, les légumes, le pain, les haricots, les légumineuses et les pâtes.

Voir aussi l'article : Les barres protéinées, des en-cas sains ?

Quels types de protéines éviter ?

Les femmes qui consommaient davantage de protéines animales, telles que le poulet, le lait, les fruits de mer et le fromage, avaient 6 % de chances en moins de rester en bonne santé en vieillissant. « Celles qui mangeaient de plus grandes quantités de protéines animales avaient tendance à souffrir davantage de maladies chroniques et ne parvenaient pas à améliorer leur fonction physique », a déclaré l'auteur principal de l'étude, Andres Ardisson Korat.

Voir aussi l'article : Les effets des protéines en poudre sur vos muscles

Protéines végétales pour lutter contre les maladies cardiaques

Les résultats sont particulièrement éloquents en ce qui concerne les maladies cardiaques. Une alimentation riche en protéines végétales est associée à une baisse des taux de cholestérol LDL (le "mauvais" cholestérol), de la tension artérielle et de la sensibilité à l'insuline, tandis qu'une consommation plus élevée de protéines animales est liée à une hausse de ces taux, ainsi qu'à une augmentation du facteur de croissance analogue à l'insuline (IGF), qui a été associé à un risque accru de cancers.

Voir aussi l'article : Les 3 habitudes alimentaires les plus en cause dans l’augmentation des cas de diabète de type 2

Pourquoi les protéines végétales sont-elles plus saines ?

Les bienfaits des protéines végétales pourraient être liés au fait que, en comparaison aux aliments d’origine animale, les plantes contiennent une proportion plus élevée de fibres alimentaires, de micronutriments et de composés bénéfiques appelés polyphénols.

Voir aussi l'article : Régime végétarien : comment se nourrir sainement ?

Des résultats à nuancer

« Le fait de tirer la majorité de ses protéines de sources végétales à la quarantaine, plus une petite quantité de protéines animales, semble être propice à une meilleure santé et à une espérance de vie plus importante », conclut le chercheur Andres Ardisson Korat.

Toutefois, il nuance ses propos : « Les données de l’étude ont tendance à être très homogènes en termes de composition démographique et socio-économique, il sera donc utile de poursuivre une étude sur des cohortes plus diversifiées ».

De plus, si les protéines végétales sont importantes, les femmes ne devraient pas négliger de consommer du poisson et des protéines animales pour leur teneur en fer et en vitamine B12.

Voir aussi l'article : Vitamine B12 : comment et quand prendre un supplément ?

Sources :
https://www.sciencedirect.com
https://www.webmd.com
https://www.eurekalert.org
https://hnrca.tufts.edu



Dernière mise à jour: janvier 2024
Vous voulez recevoir nos articles dans votre boîte e-mail ?

Inscrivez-vous ici à notre newsletter.

vous pourrez vous désinscrire quand vous le souhaiterez
Nous traitons vos données personnelles conformément à la politique de confidentialité de Roularta Media Group NV.
volgopfacebook

volgopinstagram