Mort subite du nourrisson : encore trop d’erreurs de couchage

news Les cas de mort subite du nourrisson sont en très net recul. Cependant, des décès pourraient encore être évités en prenant certaines précautions au moment de coucher l’enfant.

L’Institut national français de veille sanitaire (INVS) a conduit une enquête dans une vingtaine de départements afin de mieux comprendre le contexte dans lequel survient la mort subite du nourrisson. Une maladie infectieuse a été identifiée dans quelques cas, ainsi que des facteurs de risque comme la prématurité et un faible poids à la naissance. Toutefois, pour la plupart des décès, aucune cause « pathologique » précise n’a été mise en évidence.

En revanche, des erreurs liées au couchage du bébé ont été observées une fois sur deux. Des nourrissons dormant sur le ventre, dans un lit d’adulte, voire sur un canapé, sur un matelas trop mou, avec des objets trop proches du visage (oreiller, couette, doudou…), dans une chambre surchauffée ou dans un environnement de fumeurs… : ces situations sont fréquentes et un lien avec le décès de l’enfant est probable. Dans ce contexte, l’INVS avance une série de recommandations.

Règle d’or : toujours coucher le bébé sur le dos.

• Que ce soit pour dormir la nuit ou pour une sieste, l’enfant doit être couché sans oreiller, sans couette, ni drap, ni couverture : il faut privilégier la gigoteuse ou la turbulette.

La pièce ne doit jamais être surchauffée.

• Attention aussi aux tours de lit trop épais : ils pourraient représenter un danger si le nourrisson venait à y enfouir sa tête durant son sommeil.

• Le cale bébé doit être considéré avec une grande prudence : prévu pour contraindre l’enfant à rester couché sur le dos, il peut se transformer en piège – avec risque d’asphyxie - si le bébé parvient néanmoins à se retourner. Le modèle doit être choisi avec une attention extrême.

• Enfin, l’INVS préconise de faire dormir l’enfant dans son lit, mais placé dans la chambre des parents durant les six premiers mois, afin de mieux le surveiller.



Dernière mise à jour: juillet 2022
Donnez le meilleur de vous-même et participez à une étude clinique Donnez le meilleur de vous-même et participez à une étude clinique
Pfizer

Vous avez accouché il y a au moins 12 semaines ? Vous allaitez votre bébé et acceptez d’interrompre temporairement (4,5 jours) ? Alors nous avons-besoin de vous !

Voyez ici comment vous pouvez contribuer
Vous voulez recevoir nos articles dans votre boîte e-mail ?

Inscrivez-vous ici à notre newsletter.

vous pourrez vous désinscrire quand vous le souhaiterez
Nous traitons vos données personnelles conformément à la politique de confidentialité de Roularta Media Group NV.
volgopfacebook

volgopinstagram