7 questions fréquentes sur l’allergie aux protéines de lait de vache chez les bébés

ad_danone_GettyImages-685569086.jpg

© GettyImages

news Pleurs inconsolables, crampes, malaises... Ces symptômes ne sont pas rares chez les bébés, mais lorsqu’ils s’aggravent, ils peuvent révéler une allergie aux protéines de lait de vache, par exemple. Les explications de Marc Raes, pédiatre.

ad_marc_raes_750.jpg
Quels sont les symptômes les plus courants de l’allergie aux protéines de lait de vache chez les bébés et que doivent faire les parents qui suspectent un problème ?
Dr Marc Raes : « L’allergie au lait de vache est une réaction allergique aux protéines présentes dans le lait de vache. Il ne faut pas la confondre avec l’intolérance au lactose, qui se caractérise par une sensibilité aux sucres du lait présents dans un produit. Certains symptômes, tels que des rougeurs cutanées, des démangeaisons et des vomissements, apparaissent immédiatement après l’ingestion. D’autres symptômes, comme l’aggravation d’un eczéma atopique, des vomissements, des diarrhées ou une sensation d’inconfort, peuvent apparaître quelques heures, voire quelques jours plus tard. Si les symptômes sont graves, il est conseillé de consulter un médecin afin d’écarter une éventuelle allergie au lait de vache. »

Que doivent faire les parents avec l’aide d’un médecin en cas de suspicion d’allergie aux protéines de lait de vache ?
Dr Marc Raes : « Les parents doivent réagir et, en fonction de la gravité des symptômes, des tests peuvent être envisagés. Un test cutané provoquant une réaction allergique peut fournir une indication, mais pas un diagnostic définitif. Il est donc important d’éviter tout produit contenant du lait de vache pendant un certain temps. Si bébé réagit bien à ce traitement et qu’une réaction allergique se produit à nouveau quand on réintroduit du lait de vache, il est clair qu’il s’agit d’une allergie. »

Quels sont les effets possibles à long terme d’une allergie aux protéines de lait de vache non traitée chez les bébés ?
Dr Marc Raes : « Non seulement bébé ne se sentira pas bien du tout, mais une réaction inflammatoire peut aussi se développer dans ses intestins. Cela peut limiter l’absorption des nutriments, pouvant entraîner des carences alimentaires. »

Les mères qui allaitent doivent-elles éviter certains aliments si leur bébé souffre d’une allergie aux protéines de lait de vache ?
Dr Marc Raes : « Un bébé souffrant d’une allergie aux protéines de lait de vache peut présenter une réaction allergique au lait maternel si sa mère consomme des produits à base de lait de vache. Ces produits, tels que le yaourt et le beurre, doivent donc être évités. »

Quid des alternatives pour les bébés qui ne sont pas allaités ?
Dr Marc Raes : « On peut leur donner des aliments hypoallergéniques. L’objectif est de réduire au maximum la taille des protéines de lait de vache, car plus une protéine est petite, moins elle est allergisante.
Il existe des préparations pour nourrissons à hydrolyse extensive, où les protéines sont complètement coupées, ce qui réduit le risque de réaction allergique. Il est également possible de passer à un lait à base d’acides aminés. Après environ deux semaines, les protéines auront disparu de l’organisme de bébé. »

Quel est le rôle de la génétique dans le développement d’une allergie aux protéines de lait de vache chez les bébés et que peuvent faire les parents pour réduire le risque s’ils ont déjà un enfant souffrant de cette allergie ?
Dr Marc Raes : « Il existe un facteur génétique dans ce type d’allergie, le risque d’en être atteint passant de 15 % à 25-30 %. Il est cependant inutile d’éliminer d’emblée les produits laitiers. Il ne faut réagir qu’en cas de symptômes. »

Quels conseils donneriez-vous aux parents de bébés souffrant d’une allergie aux protéines de lait de vache pour leur faciliter la vie ?
Dr Marc Raes : « Suivez avant tout l’avis du médecin traitant et faites-vous accompagner. L’allergie aux protéines de lait de vache est une allergie alimentaire qui disparaît avec le temps. En concertation avec le médecin, certains aliments peuvent être réintroduits, en fonction du type de réaction de l’enfant. Vous allez essayer et parfois vous tromper, mais à la fin de la première année de vie, la moitié ou un peu plus de la moitié des enfants se seront débarrassés de leur allergie. Un an plus tard, il s’agira à peu près des trois quarts de ces tout-petits. »

ad_danoneGettyImages-685569126.jpg

© GettyImages

Aline évoque l’allergie aux protéines de lait de vache de son bébé Liam.
« La première semaine avec Liam, tout avait l’air de bien se passer. Nous avions une routine pour les repas et le sommeil, mais nous avons remarqué qu’il pleurait souvent quand il était éveillé. Ces pleurs semblaient s’aggraver, comme s’il ne se sentait jamais bien. Après un long processus de FIV, nous étions heureux d’avoir Liam, mais comme il pleurait encore beaucoup au bout de trois semaines, nous avons commencé à nous inquiéter. Lors d’une visite à l’ONE, nous en avons parlé à l’infirmière. Liam ne présentait aucun signe visible d’inconfort, à l’exception d’une éruption cutanée sur le visage et le ventre, ce que nous supposions être de l’acné du nourrisson. L’infirmière a contacté un pédiatre, qui a recommandé un médicament contre le reflux. Malheureusement, le soulagement n’était que de courte durée. Nous avons dû tenir un tableau pour savoir quand les pleurs étaient les plus fréquents, et il est apparu que Liam pleurait jusqu’à huit heures par jour.
Nous avons alors été orientés vers un spécialiste, qui a pris le taureau par les cornes. Liam a subi une échographie du tractus gastro-intestinal, qui n’a rien révélé d’anormal. L’allergie aux protéines de lait de vache a toutefois été évoquée. J’ai éliminé tous les produits laitiers de mon alimentation, y compris les sources cachées comme le bouillon et les chips au paprika. Après deux semaines sans produits laitiers, Liam allait mieux, mais j’avais du mal. Je n’osais plus rien avaler de peur de provoquer une réaction chez mon bébé. Nous sommes finalement passés au lait artificiel à base d’acides aminés libres. Liam s’est senti mieux.
Les premières semaines ont été difficiles, mais maintenant que Liam a 14 mois, nous introduisons progressivement les produits laitiers. Le lait est la seule chose qui semble affecter son transit intestinal, mais cela ne dérange pas vraiment Liam, ce qui nous inquiète d’autant plus. (rires) »

L’allaitement maternel est l’alimentation idéale pour les nourrissons. 

Source: Communiqué Danone

Dernière mise à jour: juin 2024
Vous voulez recevoir nos articles dans votre boîte e-mail ?

Inscrivez-vous ici à notre newsletter.

vous pourrez vous désinscrire quand vous le souhaiterez
Nous traitons vos données personnelles conformément à la politique de confidentialité de Roularta Media Group NV.
volgopfacebook

volgopinstagram