Paye ton allaitement: ce qu'entendent les femmes qui allaitent

dossier "Tu l'allaites encooooore!", "Votre lait n'est plus assez nourrissant", "Il faut couper le cordon", "Allaiter un bébé de deux ans, c'est de l'inceste"... Sab, maman et belle-maman de trois enfants, a créé Paye ton allaitement, une page Facebook, un site et un compte Instagram, qui recensent méthodiquement des anecdotes rapportées par des femmes. Une longue liste de hashtags égrène ainsi ce qu'entendent les femmes qui allaitent, comme si donner le sein autorisait la société toute entière à donner son avis sur ce qu'on doit faire de nos seins. #lacheznouslesboobs Les mamans allaitantes savent: on en entend des vertes et des pas mûres. Idées reçues, mauvaises informations, réflexions intrusives voire déplacées... La Terre entière semble soudain très concernée par ce que vous faites de vos seins. L'allaitement n'échappe pas aux croyances, parfois les plus farfelues, qui ont la dent dure, et cela même chez certains acteurs du monde médical.

Paye ton allaitement

Ce qui devrait relever de l'intimité devient tout à coup objet social. Le bébé sert soudain de prétexte aux gens pour dire ce qu'ils pensent de votre allaitement, même s'ils n'ont pas d'enfant. Parfois, il ne s'agit que de curiosité, et certaines paroles rapportées peuvent prêter à sourire (comme celle ci-dessous). Mais d'autres fois, la désinformation ou l'ignorance discriminent ces femmes, les mettant sur le banc de touche au travail ou dans certaines activités de la vie quotidienne. Sab a voulu dénoncer. Mais plus qu'un discours sur ce sujet encore très tabou, elle a voulu laisser la parole aux femmes. Son listing méthodique, presque mécanique, est hyper-efficace: les hashtags qui répertorient les anecdotes rapportées énumèrent ce que vivent ou entendent les femmes. Le poids des mots, le choc des hashtags. Nous avons demandé à Sab de nous expliquer sa démarche. https://www.instagram.com/p/B_p22aFq4wD/

Pourquoi avoir créé Paye ton allaitement? Est-ce que ça part d’une expérience personnelle?

L’idée m’est venue en étant membre d’un groupe Facebook qui partageait les perles et offrait un lieu de défouloir aux mamans allaitantes. J’ai voulu reprendre le principe de manière publique via une page, afin de partager et rendre visible la méconnaissance qui règne en la matière, mais aussi toutes les discriminations que peut subir une personne allaitante. Sexisme, discrimination dans le milieu professionnel, infantilisation, etc. Mon idée, c’était de permettre d’aller plus loin en terme de visibilité qu’un groupe Facebook, dans lequel on se défoule certes, mais où l’on reste dans un entre-soi. Et bien sûr, susciter des questionnements… et, qui sait, des réactions des personnes qui auraient pu être à l’origine de ce type de propos.

Pourquoi ce choix de présenter les anecdotes de cette façon, avec juste un numéro hashtag?

Paye ton allaitement n’a pas vocation à donner de l’information, même si parfois j’y relaie des articles ou contenus. Elle vise vraiment à dénoncer tout ce dont j’ai parlé plus haut. C’est aussi pour cela que j’ai fait le choix de rarement commenter ou étayer. Le hashtag sert à comptabiliser et montrer que ce ne sont pas « juste » quelques expériences malheureuses. Que c’est bien plus fréquent qu’on ne le pense.

Sur les réseaux sociaux, vous avez fait le choix de garder les témoignages « tels quels » des femmes (sans correction), est-ce un choix et si oui, pourquoi ?

Finalement, par souci de lisibilité je corrige quelques fautes lors de la mise en page. Parfois je coupe quelques passages quand le témoignage est trop dense. Mais sinon, je laisse les témoignages intacts, bruts. C’est la parole des mamans, leur ressenti, qui n’est à mon sens pas modifiable.

Qu’auriez-vous envie de dire aux mamans qui allaitent?

J’aimerais leur dire que le fait qu’elles reçoivent des réflexions – et non de réels conseils utiles – n’est pas normal et pas tolérable. J’aimerais leur dire qu’elles ne sont pas seules, et qu’elles peuvent bénéficier de soutien si ces remarques souvent indiscrètes les font douter d’elles-mêmes ou de leur allaitement.
Retrouvez Paye ton allaitement sur:
Les professionnels de santé peuvent commander ici un petit livret édité l'année dernière grâce au financement participatif, pour mise à disposition de leurs patientes. Il recense des anecdotes mais aussi explique la démarche et donne conseils utiles et bibliographiques. Une remise en vente pour les particuliers est prévue.
Suivez Minimi sur Instagram
Lire aussi:
9 conseils pour bien démarrer son allaitement 7 positions d'allaitement pour des tétées confortables Alcool et allaitement : peut-on boire quand on allaite?

auteur : Amélie Micoud - journaliste santé

Dernière mise à jour: octobre 2020
Vous voulez recevoir nos articles dans votre boîte e-mail ?

Inscrivez-vous ici à notre newsletter.

vous pourrez vous désinscrire quand vous le souhaiterez
Nous traitons vos données personnelles conformément à la politique de confidentialité de Roularta Media Group NV.
volgopfacebook

volgopinstagram