La nicotine contre la maladie de Parkinson

Dernière mise à jour: juillet 2012

news Une équipe française a mis en évidence le rôle crucial d’un récepteur de la nicotine dans le développement de la maladie de Parkinson.

Résumons les résultats de ces recherches en une phrase : la nicotine exercerait un effet protecteur contre la destruction des neurones dopaminergiques, un processus caractéristique de la maladie de Parkinson.

Pour aboutir à cette conclusion, des spécialistes de l’Institut de cerveau et de la moelle épinière (Pitié-Salpêtrière, Paris) ont procédé sur des souris « normales » et des congénères génétiquement modifiées.

Ces dernières ont été privées d’un récepteur spécifique (baptisé alpha-7) de la nicotine, sur lequel cette substance vient normalement se fixer. Les deux groupes de rongeurs ont ensuite été « traités » afin de déclencher une perte progressive des neurones dopaminergiques, tout comme dans la maladie de Parkinson.

La nicotine oui, fumer non

Résultat : la nicotine permet de préserver les neurones dopaminergiques chez les souris « normales », mais pas chez celles qui sont privées des récepteurs à la nicotine. Tout ceci est un peu compliqué, mais revient à supposer que des pistes thérapeutiques pourraient être envisagées pour traiter Parkinson à un stade précoce, et ceci en « ciblant » les récepteurs nicotiniques.

Ces travaux sont détaillés dans le « FASEB Journal », la revue de la Fédération des sociétés américaines de biologie expérimentale. Le directeur de la publication note, avec pertinence : « Si vous êtes fumeur, ne vous réjouissez pas trop vite. Fumer protège peut-être, dans une certaine mesure, de la maladie de Parkinson, mais vous pourriez ne pas vivre assez longtemps pour profiter de cet effet bénéfique ».

Vous voulez recevoir nos articles dans votre boîte e-mail ?

Inscrivez-vous ici à notre newsletter.

vous pourrez vous désinscrire quand vous le souhaiterez
Nous traitons vos données personnelles conformément à la politique de confidentialité de Passion Santé SA.