Un « gène de la maigreur » à double tranchant

Dernière mise à jour: janvier 2013

news Un consortium international de chercheurs vient d’identifier un gène qui réduit le stockage de la graisse sous-cutanée, mais pas celle qui entoure les organes. Que du contraire.

Les propriétés de ce gène – baptisé IRS1 – ont été démontrées après l’examen du génome de quelque 75.000 personnes. Le coordinateur de cette étude, le Dr Douglas Kiel (Harvard Medical School), explique que « les individus, particulièrement les hommes, présentant une forme spécifique de ce gène sont à la fois plus susceptibles d’afficher un faible pourcentage de graisse corporelle apparente, tout en s’exposant à des risques accrus de développer une maladie cardiaque ou un diabète de type 2 ».

Des niveaux élevés de cholestérol

Ce paradoxe s’explique par le fait que l’action de ce gène provoque une diminution de la quantité de graisse sous-cutanée, mais ne réduit pas pour autant – et sans doute bien au contraire – les graisses viscérales qui entourent les organes. Il y aurait une sorte de processus de « transfert », néfaste en termes de maladies cardiovasculaires et de diabète. D’autant que ce gène exposerait à des niveaux anormalement élevés de cholestérol et de glycémie.

« Pour simplifier », poursuit Douglas Kiel, « les sujets en surpoids ne sont pas les seuls à s’exposer aux troubles métaboliques. » Et si « les variantes génétiques influent sur la quantité totale de graisses stockées par l’organisme, il s’avère que certains types de graisses sont plus nocifs que d’autres ».

Vous voulez recevoir nos articles dans votre boîte e-mail ?

Inscrivez-vous ici à notre newsletter.

vous pourrez vous désinscrire quand vous le souhaiterez
Nous traitons vos données personnelles conformément à la politique de confidentialité de Passion Santé SA.
volgopfacebook

volgopinstagram