Devenir un « nez », cela se travaille

Dernière mise à jour: avril 2014

news Des chercheurs viennent de publier une étude montrant qu’être un « nez » n’est pas une compétence exclusivement innée, mais le fruit d’un long entraînement.

Ils ne sont que quelques centaines à travers le monde. Les « nez », concepteurs de parfums, ont réussi à développer une compétence qui échappe au commun des mortels. En effet, leur mémoire olfactive leur permet de « sentir » une odeur même en son absence, ce que très peu d’entre nous sont en mesure de faire. Leur cerveau n’a donc pas besoin de stimulation olfactive pour se représenter l’odeur désirée.

Les « nez » sont dès lors capables, grâce uniquement à la pensée, d’assembler et de mélanger des odeurs pour créer des parfums. Pour savoir si cette faculté était innée, les chercheurs ont conduit une expérience intégrant plusieurs « nez » réputés et quelques étudiants en parfumerie. Ils ont eu recours à la résonance magnétique fonctionnelle afin d’identifier les zones cérébrales sollicitées durant l’exercice.

Il est apparu que la partie du cerveau qui entre en action est la même lors de la perception que de l’imagination d’une odeur. Et les spécialistes ont constaté que ce phénomène est d’autant plus prononcé que le sujet présente un haut degré d’entraînement et d’expertise. Il reste que quelques qualités de départ sont certainement nécessaires pour développer ce talent...

Vous voulez recevoir nos articles dans votre boîte e-mail ?

Inscrivez-vous ici à notre newsletter.

vous pourrez vous désinscrire quand vous le souhaiterez
Nous traitons vos données personnelles conformément à la politique de confidentialité de Passion Santé SA.
volgopfacebook

volgopinstagram