9 conseils pour éviter de choquer les personnes confrontées à un problème de stérilité

Dernière mise à jour: avril 2011 | 8064 visites
babies-170_400_03.jpg

news Les femmes et les couples qui désirent avoir un enfant et qui échouent dans cette quête sont en proie à un réel mal-être. Leur problème de stérilité est très mal vécu et les côtoyer n’est pas toujours évident car en parlant de tout et de rien vous pourriez les blesser sans le vouloir.

Vous trouverez ci-dessous quelques conseils mais aussi des sujets qu’il conviendrait d’éviter en leur présence, histoire de ne pas retourner le couteau dans la plaie. Ceci s’adresse à la famille, aux parents, aux amis, aux collègues de telles personnes en proie à ce type de problème.

Il ne faut pas nier leur problème mais éviter de toujours le remettre sur le tapis ou de vous lancer dans des discussions sur le sujet. Le mieux est de leur offrir une oreille attentive lorsqu’ils le souhaitent et de ne pas en parler si eux n’abordent pas le sujet.

1.N’essayez pas de minimaliser le problème en insistant sur le fait : « Ne vous inquiétez pas, cela rentrera bien dans l’ordre et puis vous avez chacun votre autre moitié et il y a des choses bien plus graves comme par exemple un cancer ».

2.Ne dites pas à un couple qui vient de recevoir une mauvaise nouvelle en la matière ou dont la femme vient de faire une fausse couche "oh, c’est que cela devait être comme ça". Ne dites pas qu’ils auront très vite une autre chance d’avoir un bébé et que cela se déroulera très bien la prochaine fois. Essayez, au contraire, de vous imaginer leur déception, le fait qu’ils attendaient cet enfant depuis longtemps et qu’ils avaient placé tous leurs espoirs dans la nouvelle qu’ils espéraient avoir ou dans ce bébé. Parlez-en pour être concernés en termes de perte, de tristesse, de chagrin, sans minimiser les faits.

3.Ne vous permettez pas de donner un avis médical ou de recommander un médecin qui serait, soi-disant, le docteur « miracle ». Dites au couple en question qu’il peut compter sur vous s’il a besoin d’aide, qu’il peut vous raconter toutes les étapes de son cheminement, etc.

4.N’épluchez pas la presse à la recherche de toute innovation en matière de lutte contre la stérilité et dites-vous bien que toutes les techniques ne seront pas applicables pour le couple que vous connaissez. En outre, il y a de fortes chances qu’ils en sachent déjà bien plus que ce qui est publié dans le journal. Demandez-leur plutôt si vous ne devez pas lire certains articles afin de mieux les aider et les comprendre.

5.Ne vous attendez pas à ce qu’un couple accueille avec joie et enthousiasme un baptême dans la famille, un faire-part de naissance chez des amis, etc. Les photos des bébés des autres et les histoires de maternité, de crèche, de baptême, etc. ne vont pas les transporter de joie. S’ils sont invités à ce baptême ou autre, donnez-leur suffisamment de temps pour répondre à l’invitation et pour y être confrontés.

6.N’entamez pas une conversation en public sur la fécondation in vitro, sur la stérilité, etc. Il vaut mieux aborder cela en privé avec le couple.

7.Ne vous lancez pas dans des récits vantant le taux de réussite des nouvelles méthodes contre la stérilité ni des succès qui ont été remportés en la matière par des amis, voisins ou connaissances. Le cas des autres personnes risque de peu les importer. Proposez-leur d’être le relais et s’ils le souhaitent de rencontrer ces gens qui ont vécu la même expérience.

8.Evitez de parler seul ( e) à seul (e ) avec le partenaire d’une femme stérile de leurs problèmes et de leur situation. Respectez leur vie privée et ne partez pas du principe que l'un et l'autre voudront, chacun séparément, vous donner leur version ou encore se confier à vous.

9.Evitez les clichés du genre « partez en voyage et cela ira tout seul », « changez de maison pour que votre petit nid soit propice pour y accueillir un enfant », « prenez des congés pour être moins stressés », etc. La stérilité n’est pas d’ordre psychologique.


publié le : 20/04/2011 , mis à jour le 20/04/2011
pub

Restez informés !

Inscrivez-vous à notre newsletter:

Non, merci