Igname : un appel à la vigilance

Dernière mise à jour: janvier 2011

news L’Agence nationale française de sécurité sanitaire (Anses) lance un appel à la prudence à l’attention des fabricants de compléments alimentaires contenant de l’igname. Elle les appelle à faire preuve d’une grande vigilance lorsqu’ils choisissent les espèces d’igname qu’ils intégreront dans leurs produits. Certaines manifestent en effet une dangereuse toxicité.

L’igname pousse à l’état sauvage en Afrique et en Asie. Plusieurs centaines d’espèces de cette plante ont été recensées, et leurs tubercules sont utilisés à des fins alimentaires dans de très nombreux pays. Chez nous, un éventail de compléments alimentaires leur attribuent des vertus médicinales, notamment pour soulager les troubles de la ménopause ou pour prévenir l’ostéoporose. Cependant, des effets indésirables, affectant en particulier le foie, ont été notifiés chez des sujets qui avaient consommé des compléments de ce type. Le problème, souligne l’Anses, réside dans la difficulté à clairement identifier les espèces toxiques de celles qui ne le sont pas. La méthode d’extraction des substances actives soulèverait à son tour de sérieuses interrogations. L’Anses demande donc aux fabricants de compléments alimentaires à base d’extraits d’igname de se montrer particulièrement prudents durant tout le processus de production.

Vous voulez recevoir nos articles dans votre boîte e-mail ?

Inscrivez-vous ici à notre newsletter.

vous pourrez vous désinscrire quand vous le souhaiterez
Nous traitons vos données personnelles conformément à la politique de confidentialité de Passion Santé SA.
volgopfacebook

volgopinstagram