Le check-up annuel

Dernière mise à jour: avril 2011 | 53460 visites
dr-vr-170_400_03.jpg

news Il est recommandé à l’âge adulte de faire une prise de sang (remboursée sur prescription médicale) chez le médecin généraliste, en laboratoire d'analyses médicales ou encore à l'hôpital au moins une fois par an. Cette analyse de contrôle se fait à jeun et permettra de voir le taux de globules rouges, de globules blancs ainsi que de mesurer les risques d’inflammation, entre autres avec le CRP. Le praticien cochera aussi sur le bulletin d’analyse le fer pour écarter tout risque d’anémie. Cette dernière peut être fréquente chez les femmes suite aux menstruations abondantes. On regardera aussi le taux de potassium qui, s’il est trop élevé, peut entraîner des crampes musculaires ou des problèmes cardiaques. Egalement le cholestérol (d’où le besoin d’être à jeun). Pour rappel, le taux de mauvais cholestérol devra être < à 190mg/dl mais heureusement qu’il y a aussi du bon cholestérol qui viendra bien souvent équilibrer les résultats. On vérifiera aussi le taux de glucose afin de diagnostiquer un éventuel diabète. Les fonctions rénales, hépatiques seront aussi analysées. On vérifiera aussi au cas par cas l’acide folique, la vitamine B12 ou la fonction thyroïdienne. Pour prélever suffisamment de sang et pour que vous soyez à votre aise et détendu, le médecin vous demandera, le plus souvent, de vous coucher sur la table d’examen. Il cherchera votre « meilleure » veine puis il mettra un petit garrot en place et procèdera à l’aide d’une seringue jetable, à usage unique, à la prise de sang. Pour un check-up annuel, le médecin prendra en général 3 à 4 éprouvettes de sang. Il écrira votre nom sur chacune d’entre elles et vous demandera une vignette de la mutuelle. Normalement, vous pourrez recevoir les résultats soit, par téléphone, soit en allant à la consultation dudit praticien dans les 24 à 72h. Les laboratoires, quant à eux, transmettent les résultats via mails au praticien. Une prise de sang annuelle est essentielle car elle permet de voir l’évolution de certaines mesures/affections qui, bien souvent, ne donnent des manifestations cliniques ou symptomatologiques que lorsqu’elles sont bien installées : anémie, diabète. Il vaut donc mieux prévenir que guérir.


publié le : 12/04/2011 , mis à jour le 12/04/2011
pub

Restez informés !

Inscrivez-vous à notre newsletter:

Non, merci