Jeux vidéo actifs : ça vaut bien un petit jogging

Dernière mise à jour: novembre 2021
123-m-video-games-17-11-21.jpg

news Une séance de jeu vidéo actif (JVA) ou un peu de course à pied ? Il semblerait que les personnes sédentaires puissent tirer un réel bénéfice physique de ces deux activités, avec un « plus » plaisir pour les jeux.

Le temps excessif passé devant les écrans, qu’il s’agisse de la télévision, de l’ordinateur ou de la console de jeux, peut poser un réel problème en ce sens qu’il accentue le risque de surpoids, d’hypertension artérielle ou de diabète. En cause : la sédentarité, couplée aux mauvaises habitudes alimentaires. Une activité physique régulière est indispensable pour la santé physique et mentale. Problème : pour beaucoup, ces exercices présentent un caractère astreignant, et soit ils ne se lancent pas, soit ils abandonnent rapidement.

Pour rester en mouvement pendant le confinement

Dans ce contexte, plusieurs études ont exploré l’intérêt des jeux vidéo actifs (JVA), qui impliquent l’activité physique comme moyen d’entrer en interaction avec le jeu. Et on rappellera que dès mars 2020, en période de premier confinement Covid-19, l’Organisation mondiale de la santé (OMS) recommandait, parmi d’autres possibilités, de s’adonner aux jeux vidéo actifs pour rester un tant soit peu en mouvement.

Une équipe brésilienne (Universidade Federal do Vale do São Francisco) s’est penchée à son tour sur le sujet. Elle a réalisé des tests auprès d’un groupe particulier, puisqu’il s’agissait de personnes présentant un diabète de type 1 (DT1). Ces patients s’exposent à un risque plus élevé de développer des complications cardiovasculaires, et l’exercice physique régulier leur est fortement conseillé, tout comme pour les diabétiques de type 2 (DT2).

Jeu vidéo actif ou course sur tapis roulant

Pendant trois semaines, les chercheurs ont organisé deux séances hebdomadaires de 30 minutes, l’une de jeu vidéo actif (Kinect Adventures), l’autre de course sur tapis roulant à une intensité modérée. Une série de paramètres ont été examinés avant, à la fin, et 24 h après chaque session : rythme cardiaque, pression artérielle, consommation d’oxygène, fonction vasculaire…

L’analyse montre que la réponse cardiovasculaire est similaire, et donc aussi bénéfique, avec le jeu vidéo qu’avec la course à pied. La grosse différence tient dans la notion de plaisir, puisque globalement, les participants ont exprimé une préférence pour le jeu vidéo actif.

Les auteurs rappellent que chez les diabétiques de type 2, plusieurs études ont mis en évidence des bénéfices cliniques associés aux jeux vidéo actifs, comme un effet positif sur l’indice de masse corporelle (IMC), la glycémie et la force musculaire. Et de manière plus générale, d’autres travaux aboutissent à des observations favorables concernant cette fois la population dans son ensemble.

Voir aussi l'article : Jeux vidéos : et s’ils étaient bons pour la santé mentale ?

Source
Games for Health Journal

auteur : Juan Miralles - journaliste santé
Vous voulez recevoir nos articles dans votre boîte e-mail ?

Inscrivez-vous ici à notre newsletter.

vous pourrez vous désinscrire quand vous le souhaiterez
Nous traitons vos données personnelles conformément à la politique de confidentialité de Passion Santé SA.
volgopfacebook

volgopinstagram