Dialyse rénale : comment ça se passe ?

Dernière mise à jour: octobre 2021
123-pat-nierlijdne-dialyse-bloed-170_09.jpg

dossier Les reins ont normalement un effet filtrant : ils débarrassent l'organisme des déchets et de l'excès de liquide. Si la fonction rénale est réduite à moins de 10%, en cas de diabète notamment, il est nécessaire de la remplacer artificiellement par une dialyse. Quels sont les types de dialyse et que faut-il savoir ?


Deux formes de dialyse rénale

Il existe deux formes de dialyse : l'hémodialyse et la dialyse péritonéale.

Hémodialyse


C'est le type de dialyse le plus courant (environ 90 % des patients). En hémodialyse, un chirurgien vasculaire réalise une connexion ou fistule entre une veine et une artère de l'avant-bras. Le sang est pompé vers l'appareil d'hémodialyse (le rein artificiel) via cette connexion. La machine purifie le sang, élimine l'excès de liquide et ajoute au sang toute substance utile. Ensuite, le sang est réinjecté dans le corps. Parce qu'une grande quantité de liquide est rapidement éliminée du corps, l'hémodialyse peut provoquer une sensation de malaise et de fatigue . A long terme, des dommages au cœur et aux vaisseaux sanguins sont également possibles.

Cette forme de dialyse doit être effectuée trois fois par semaine et dure quatre heures minimum. Le traitement a généralement lieu à l'hôpital, mais il existe aujourd'hui également des appareils adaptés pour l'hémodialyse à domicile.

Dialyse péritonéale


La dialyse péritonéale utilise le péritoine comme filtre pour éliminer les déchets. Le péritoine entoure vos organes abdominaux comme un sac et contient de nombreux petits vaisseaux sanguins. Par l'intermédiaire d'un cathéter, un liquide stérile est introduit dans votre cavité abdominale. Il permet d'aspirer les déchets et l'excès de liquide dans les vaisseaux sanguins. Après quelques heures, ce liquide de drainage, avec les déchets qu'il contient, est retiré et remplacé par un liquide pur. Le liquide reste dans le corps du patient pendant la majeure partie du jour ou de la nuit.

Avec la dialyse péritonéale, le patient apprend d'abord à utiliser l'équipement à l'hôpital, afin qu'il puisse effectuer lui-même la dialyse à domicile. Toutes les six semaines, il y a également un contrôle à l'hôpital. Dans la dialyse péritonéale chronique ambulatoire, la dialyse a lieu quatre fois par jour pendant 30 minutes. La dialyse péritonéale automatique a lieu la nuit, lorsque le patient est endormi, et dure de 8 à 10 heures.

Ce type de dialyse n'est généralement pas possible pendant plus de quelques années en raison des modifications à long terme du péritoine et de complications telles que la péritonite.

Lire aussi : Insuffisance rénale : causes, symptômes et traitements

Dialyse: les précautions

Soyez attentif aux complications telles que la fièvre, les douleurs abdominales, les rougeurs autour de l'entrée du cathéter, l'accumulation de liquide dans les jambes (œdème) ou dans d'autres parties du corps. Contactez immédiatement votre médecin si vous remarquez l'un de ces symptômes.

Comme vos reins ne fonctionnent pas correctement, vous ne devez pas boire de façon excessive. Une bonne règle de base pour l'apport en liquide est de 800 ml + le volume que vous avez uriné ce jour-là. Une perte ou une accumulation excessive de liquide peut être détectée en se pesant quotidiennement. Une variation rapide du poids est un signe que quelque chose ne va pas.

Suivez strictement le régime alimentaire qui vous a été prescrit et respectez la restriction en sel. Il est également conseillé aux patients souffrant de problèmes rénaux de limiter la quantité de phosphates qu'ils consomment. En effet, le mauvais fonctionnement des reins ne permet plus de réguler automatiquement l'équilibre des phosphates dans l'organisme. Vous pouvez trouver ce nutriment dans les produits riches en protéines tels que le lait, le fromage, la viande et le poisson. Il faut également veiller à réguler l'apport de potassium (on en trouve dans les bananes ou le chocolat), qui ne doit être ni trop élevé, ni trop bas. La veille de la dialyse, on peut faire quelques petits écarts, et manger ce que l'on souhaite pendant la dialyse elle-même. Bien sûr, toujours avec l'accord du médecin ou de l'infirmière.

Enfin, de bons soins bucco-dentaires sont très importants. En cas de détartrage, des antibiotiques sont toujours administrés. Contrôlez également votre tension artérielle régulièrement et notez les valeurs mesurées. Mesurez-la toujours sur le bras où il n'y a pas la fistule.

Lire aussi : Quand faut-il faire vérifier ses reins ?

Source: Sara Claessens - journaliste santé
Vous voulez recevoir nos articles dans votre boîte e-mail ?

Inscrivez-vous ici à notre newsletter.

vous pourrez vous désinscrire quand vous le souhaiterez
Nous traitons vos données personnelles conformément à la politique de confidentialité de Passion Santé SA.
volgopfacebook

volgopinstagram