Bégaiement : un espoir grâce aux oiseaux chanteurs

Dernière mise à jour: juin 2021
wiki-ok-vogels-dieren-25-6-21.jpg

news Bien que le bégaiement se traite dans de nombreux cas, il n'existe pas encore de remède universel pour ce trouble de la parole. Ceci s'explique en partie par le fait qu'il existe encore beaucoup d'incertitudes sur ce qui se passe exactement dans le cerveau des personnes qui bégaient. Des chercheurs néerlandais et américains donnent aujourd'hui un nouvel espoir aux bègues grâce à une étude menée sur les oiseaux chanteurs.

Selon les estimations, il y a environ 60 millions de personnes dans le monde qui bégaient, dont quelque 100.000 personnes en Belgique. Ce trouble de la parole peut avoir un retentissement important sur la vie, sur le plan social, émotionnel et professionnel. Heureusement, il existe différentes méthodes pour lutter contre ce problème et réduire considérablement son impact. Par exemple, le trouble de la parole n'a pas empêché Elvis Presley et « notre » Arno de poursuivre leur carrière de chanteur. Un tout autre type de chanteurs, les diamants mandarins – appelés aussi pinsons zébrés – , pourrait avoir mis les scientifiques sur la voie d'un véritable remède contre le bégaiement.

Des oiseaux qui bégaient

Des chercheurs de l'université d'Utrecht aux Pays-Bas et de l'université Tufts aux Etats-Unis ont administré une substance spécifique, le méthiodure de bicuculline, à des pinsons zébrés afin d'induire un changement significatif dans le cerveau. L'un des effets de l'intervention pharmacologique était que les oiseaux répétaient un certain nombre de notes vocales chaque fois qu'ils chantaient, tout comme les bègues répètent certains mots ou parties de mots lorsqu'ils parlent.

Une autre caractéristique du bégaiement est qu'il est possible de continuer à parler après avoir buté sur un mot. En outre, le débit de parole des bègues est un peu moins fluide. Les diamants mandarins traités présentaient les mêmes caractéristiques. Ils ont continué à chanter après la répétition de certaines parties de la chanson et le tempo des notes et des pauses était plus irrégulier. On peut dire que les oiseaux ont bégayé.

Normalisation du schéma d'activité cérébrale

Ce qui est particulièrement encourageant pour les bègues, c'est que le changement dans le cerveau des oiseaux était réversible. Après une nouvelle intervention, les diamants mandarins ont chanté exactement comme avant. Cela ne veut pas dire que la solution au bégaiement est désormais à portée de main, mais cette recherche constitue un pas important dans la bonne direction. L'étude montre spécifiquement qu'une normalisation du schéma d'activité cérébrale dans le circuit dit cortico-striatal, un circuit cérébral qui est, entre autres, important pour le chant chez les oiseaux et la parole chez les humains, peut entraîner un changement de la parole.

Grâce aux résultats de cette étude, les chercheurs peuvent désormais rechercher plus spécifiquement des thérapies médicamenteuses pour le bégaiement, mais aussi des solutions aux symptômes d'autres troubles. Certains troubles neurologiques, comme la maladie de Parkinson ou de Huntington, entraînent également des problèmes d'élocution.

Voir aussi l'article : Test - Le bégaiement chez l'enfant

Source: Andy Furniere - journaliste santé / Cell (www.cell.com/cell/home) / Photo : Par Keith Gerstung from McHenry, IL, United States — Niagara Falls AviaryUploaded by Snowmanradio, CC BY 2.0, https://commons.wikimedia.o
Vous voulez recevoir nos articles dans votre boîte e-mail ?

Inscrivez-vous ici à notre newsletter.

vous pourrez vous désinscrire quand vous le souhaiterez
Nous traitons vos données personnelles conformément à la politique de confidentialité de Passion Santé SA.