ad

Bébé ou petit enfant : pourquoi pleure-t-il ?

Dernière mise à jour: mars 2021 | 1840 visites
123-baby-huilen-pasgeb-02-18.jpg

news Un bébé ou un enfant en bas âge qui pleure, c’est souvent déchirant, parfois exaspérant, d’autant qu’on ne sait pas toujours à quoi cela est dû et comment le calmer. Bien entendu, il peut pleurer parce qu’il ressent une douleur. Mais les pleurs peuvent aussi avoir un sens plus psychologique.

Au cours des trois premiers mois. Le bébé exprime un manque (comme la faim, le froid ou tout autre inconfort) en attirant l'attention et en demandant le contact corporel. Petit à petit, il en vient à associer le parent à « quelqu'un qui répond à ses besoins », ce qui joue un rôle important dans le processus de construction du lien.

De 3 à 6 mois. Les pleurs sont non seulement une expression d'insatisfaction, mais aussi une demande d'attention et de confort. Un bébé qui pleure constamment et qui est récompensé par l'attention découvre la prévisibilité. Cette habitude d’être réconforté le conduit à un sentiment de sécurité.

De 6 à 9 mois. L'anxiété de la séparation fait son apparition. Par exemple, l'enfant pleurera lorsque le parent quittera son champ de vision.

A environ 9 mois. La peur des inconnus devient une raison de pleurer. De nombreux bébés de cet âge pleurent aussi la nuit lorsqu'ils se réveillent et se sentent abandonnés.

De 9 à 12 mois. L’angoisse de la séparation se renforce et elle s'accompagne souvent de pleurs violents. L'enfant n'a pas encore appris que « partir » est suivi de « revenir ».

De 1 à 2 ans. L’enfant commence à tenter d’influencer son environnement. Il découvre que pleurer est un moyen d'attirer l'attention de son entourage et de contrainte pour répondre à ses demandes.

De 2 à 3 ans. L’enfant pleure principalement pour être rassuré et se sentir ainsi en sécurité auprès des parents (ou d’autres personnes). Les tout-petits pleurent aussi souvent par frustration, colère, tristesse ou bouleversement.

A partir de 3 ans. L'enfant développe son imaginaire et par certains aspects, cela peut le rendre anxieux. Les enfants ont des « pensées magiques » : ils croient qu’elles peuvent influencer la réalité et que les choses se passeront parce qu'ils le veulent. Si ce n'est pas le cas, ils peuvent se mettre en colère ou se sentir rejetés. Pleurer est une façon d’imposer ses désirs, de demander une attention compatissante, mais aussi de contraindre à des règles qui le rassurent. Par exemple : la peluche doit toujours être au même endroit car l'enfant est convaincu qu'il sera ainsi protégé des monstres... Souvent, des petits détails font une grande différence pour l'enfant.

Source: Hilde Deweer - rédactrice lifestyle
Vous voulez recevoir nos articles dans votre boîte e-mail ?

Inscrivez-vous ici à notre newsletter.

vous pourrez vous désinscrire quand vous le souhaiterez
Nous traitons vos données personnelles conformément à la politique de confidentialité de Passion Santé SA.
ad
pub